Nepszava et le Magyar Narancs avaient ensemble début décembre publié une édition avec la « Une » complètement vierge pour marquer leur désapprobation.

Les journaux hongrois du Nepszava et le Magyar Narancs avaient ensemble début décembre publié une édition avec la « Une » complètement vierge pour marquer leur désapprobation. Après l’adoption de la loi, une manifestation dans la soirée a réuni 1.500 personnes venues contester le bien-fondé de la nouvelle loi. La liberté de la presse est une question traditionnellement sensible en Hongrie. C’est en effet sur ce sujet qu’avait commencé la révolution de 1848. (suite…)

Continuer la lecture

Complément au billet précédent : après l’adoption par la Hongrie d’une loi controversée sur le contrôle les médias, vives réactions en Europe. Prudence d’une Commission européenne peu assurée dans ses commentaires qui semble ignorer l’article 7 du traité de Lisbonne. Il ya manifestement violation des valeurs européennes comme l’a affirmé le ministre luxembourgeois Jean Asselborn !

Les journaux hongrois du Nepszava et le Magyar Narancs avaient ensemble début décembre publié une édition avec la « Une » complètement vierge pour marquer leur désapprobation. Après l’adoption de la loi, une manifestation dans la soirée a réuni 1.500 personnes venues contester le bien-fondé de la nouvelle loi. La liberté de la presse est une question traditionnellement sensible en Hongrie. C’est en effet sur ce sujet qu’avait commencé la révolution de 1848. (suite…)

Continuer la lecture

Les portes de l’Espace Schengen resteront fermées à la Bulgarie et à la Roumanie, c’est du moins ce que demandent la France et l’Allemagne. Blocage, c’est le mot qui convient. La France précise sa position. La Commission se défausse sur le Conseil.

 La France et l’Allemagne ont décidé, mardi 21 décembre, de bloquer ensemble pour des raisons de sécurité l’entrée à court terme de la Bulgarie et de la Roumanie dans l’espace Schengen. Les ministres français et allemand de l’intérieur, Brice Hortefeux et Thomas de Maizière, ont informé par courrier la commissaire Cecilia Malmström de leur décision. Les deux ministres jugent « prématuré » d’autoriser l’entrée de la Bulgarie et de la Roumanie dans l’espace Schengen en mars 2011. Ils insistent sur les carences que ces deux pays ont montrées en matière de lutte anticorruption et de lutte contre la criminalité organisée. La Commission a rappelé n’avoir aucune influence sur cette décision, qui exige l’unanimité des gouvernements de l’UE. Les positions exprimées par Paris et Berlin signifient donc de facto le blocage de l’adhésion des deux candidats. (suite…)

Continuer la lecture

La Grèce porte d’entrée des clandestins en Europe : pour combien de temps encore ?

C’est au moment où, avec retard, les médias s’emparent de la situation des migrants à la frontière gréco-turc en multipliant reportages et enquêtes d’ordre général ou sur les individus et leur histoire personnelle, que le problème semble (provisoirement ?) perdre de son acuité. C’est du moins ce que nous indique Frontex : depuis le déploiement des gardes frontières européens le nombre de franchissements irréguliers a presque été divisé par deux. La mise en place du régime d’asile européen commun prévu pour 2012 se révèle chaque jour un peu plus urgent. (suite…)

Continuer la lecture

Roms : la France est-elle toujours sous surveillance ? Qu’en pense Viviane Reding ? Dans l’affaire Rom, pas de surprise tout le monde avait été averti, bien à l’avance.

Oui, répond Philippe Ricard le correspondant du journal le Monde. Elle est même sous étroite surveillance, précise-t-il dans un chat http://www.lemonde.fr/europe/chat/2010/09/29/roms-la-france-est-elle-isolee-en-europe_1417554_3214_1.html Viviane Reding dans une interview à ce même journal le Monde nous donne une bonne leçon concernant le fonctionnement des institutions, le rôle de chacun et une bonne leçon de droit européen. Fidèle à sa nature, elle ne donne pas une leçon de ton professoral ou doctrinal. Un simple rappel des évidences, du bon sens. (suite…)

Continuer la lecture

Une semaine importante pour les Femmes au Parlement européen : étendre ou non le congé de maternité ? Les femmes et le travail précaire. Un congé de paternité, sujet très controversé, est également envisagé. Des votes très indécis.

Les congés maternité diffèrent d’un Etat à l’autre. La législation européenne prévoit une durée minimale de 14 semaines mais certains députés européens souhaitent qu’elle soit portée à 20 semaines, plus deux semaines de congé paternité. D’autres députés craignent les coûts de telles mesures ainsi que la discrimination des femmes sur le marché du travail. Un débat, chaud, aura donc lieu lundi 18 octobre et le vote le surlendemain. Comment protéger au mieux les jeunes parents ? Si l’objectif  est partagé par tout le monde, les moyens d’y arriver sont beaucoup plus sujets à controverse. L’augmentation du congé maternité minimal en Europe permettrait de laisser plus de temps aux femmes pour récupérer de leur accouchement, allaiter et construire un lien fort avec leur enfant. Dans le même temps, il ne faut pas que de telles mesures rebutent les employeurs et deviennent un obstacle à l’emploi des jeunes femmes. (suite…)

Continuer la lecture

Cessez le feu ! appel de Pierre Lellouche. Paris veut calmer le jeu et éteindre l’incendie qu’il a lui-même allumé. Offre de services du Conseil de l’Europe. Nouvelle prise de position du Haut commissaire aux droits de l’home du Conseil de l’Europe, Thomas Hammarberg.

Aux côtés du secrétaire général du Conseil de l’Europe, le secrétaire d’Etat français aux Affaires européennes appelle à « travailler concrètement » et à cesser de « faire des polémiques ».Interrogé sur l’échange entre Nicolas Sarkozy et Angela Merkel sur les Roms, au Conseil européen, le secrétaire d’Etat :  «Je n’ai aucun commentaire à rajouter sur ce qu’a dit le président de la République», a-t-il laconiquement répondu.

  (suite…)

Continuer la lecture

Les ONG délocalisent elles ausssi: celles du Nord veulent aussi être du «Sud»

L’économie s’est globalisée, les conflits se globalisent. Reste à globaliser le droit, et les droits humains en particulier. Mais là aussi on assiste à un intéressant rééquilibrage du monde avec un renforcement de ce que l’on appelle encore le «Sud» associé à la pauvreté par opposition au Nord «développé». (suite…)

Continuer la lecture
Fermer le menu