La lutte contre le terrorisme doit inclure la protection des droits fondamentaux, rappelle le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon.

La meilleure défense contre le terrorisme est une résistance collective qui passe par la protection des valeurs menacées par cette forme de violence, a déclaré mardi le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, lors d’une séance du Conseil de sécurité. « Le terrorisme est un fléau mondial. Les carnages qu’il cause sont ignobles et moralement répréhensibles » et il s’agit d’une des principales menaces pesant sur la paix et la sécurité internationale, a estimé le Secrétaire général. « La meilleure réponse à cette idéologie corrosive et malveillante est de réaffirmer fermement la résistance collective. Nous devons défendre les droits de l’homme que le terrorisme viole si brutalement. Nous devons défendre les valeurs consacrées dans la Déclaration universelle des droits de l’homme -, dont nous allons célébrer le soixantième anniversaire demain », a-t-il insisté.  Selon lui, il appartient à l’ONU de mener les efforts de la communauté internationale face à cette menace qui ne trouve de justification dans aucune cause, aucun grief. En tant qu’organisation universelle, indépendante et impartiale, l’ONU est remarquablement bien placée pour jouer ce rôle, a-t-il ajouté.

(suite…)

Continuer la lecture

Un sondage sur la place de l’Islam dans l’espace public en France qui contredit bien des idées reçues. Qu’en est-il dans les autres pays européens ? Sans doute plus ou moins la même chose , mutatis mutandis.

Au fil des années, les enquêtes menées par CSA pour la CNCDH (Commission nationale consultative des Droits de l’Homme) enregistrent un renforcement de la tolérance : en 2003, 57% des Français estimaient que «les musulmans» constituaient «un groupe à part» en France. Fin 2008, 48%, soit près de 10 points de moins, portent le même jugement. Même tendance pour «les Maghrébins» : 48% les jugeaient «à part» il y a cinq ans. Ils sont 40% aujourd’hui. La dynamique est la même s’agissant des«juifs», des «Asiatiques», des « Noirs » et des «homosexuels».

(suite…)

Continuer la lecture

Expulsions d’Afghans confirmées par la France : protestations de députés européens. Peut-on attendre 2012 comme le prévoit le programme de Stockholm pour que l’Europe se dote d’une politique de l’asile ?

Eric Besson assume l’expulsion de neuf Afghans. C’est la deuxième expulsion groupée depuis octobre vers l’Afghanistan. Trois Afghans arrêtés en marge du démantèlement de la « jungle » de Calais, avaient alors été reconduits dans leur pays, provoquant un tollé dans le monde associatif et politique.

(suite…)

Continuer la lecture

Le programme de Stockholm est adopté. La feuille de route pour cinq ans avec ses 170 propositions a été arrêtée par le Conseil européen du 10 décembre.

Avec l’entrée en vigueur du Traité de Lisbonne l’Union européenne et particulièrement  le Parlement européen et la Commission deviennent des acteurs à part entière de ces politiques  qui souvent très sensibles et touchant de prés aux souverainetés nationales. Le programme de Stockholm met le citoyen au centre des prochaines étapes de la construction d’un espace de liberté, de sécurité et de justice.

(suite…)

Continuer la lecture

Vendredi 1er Janvier 2010: Début de l’Année européenne de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale

2010 sera l’Année européenne de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale: un programme s’étalant sur toute l’année aura pour but d’attirer l’attention sur la pauvreté et l’exclusion sociale. Ce programme sera mis en œuvre dans l’ensemble des États membres de l’UE, ainsi qu’en Islande et en Norvège, et bénéficiera d’un budget total de 17 millions d’euros (complété par des cofinancements nationaux) devant servir à organiser des activités aux niveaux européen et national.

(suite…)

Continuer la lecture

France : délit de solidarité. Un nouvel épisode du conflit, bien connu des lecteurs de Nea Say, de l’aide apportée aux sans-papiers par les associations et bénévoles

Un collectif d’associations va déposer un recours contre deux circulaires du gouvernement. Les associations de défense des droits de l’homme remontent au créneau contre le délit de solidarité, l’aide apportée aux sans-papiers par des militants associatifs ou de simples citoyens. Hier, 24 organisations réunies au sein du collectif  des délinquants solidaires » ont annoncé le dépôt prochainement d’un recours devant le Conseil  d’Etat.

(suite…)

Continuer la lecture
Fermer le menu