L’OLAF (Office européen de lutte contre la fraude) publie son rapport d’activité annuel

Thème :COOPERATION JUDICIAIRE POLICIERE,  Sous-thème : Perspectives financières

Corruption liée à des projets dans le secteur de la santé en Ouganda, fraude aux droits anti-dumping sur du métal d’origine chinoise, agent d’une délégation de la Commission accusé de solliciter des pots de vin en échange de l’attribution de marchés: ce ne sont là que trois exemples illustrant la grande variété de cas traités par l’Office européen de lutte antifraude (OLAF) en 2008. L’OLAF a présenté  son nouveau rapport annuel d’activité décrivant, sur la base de nombreuses études de cas et de tableaux statistiques les actions menées à l’intérieur comme à l’extérieur de l’UE. Au cours de 2008, l’OLAF a ouvert une enquête dans 204 nouveaux cas.

L’OLAF a constaté cette fois encore une nette augmentation de l’information qui lui est transmise, ce qui témoigne de la confiance dont jouit auprès du public notre travail de répression de la fraude et de la corruption estime  Franz-Hermann Brüner, directeur général de l’OLAF, à l’occasion de la présentation du dernier rapport d’activité de l’OLAF, à Bruxelles. « En cette 10 ème année d’existence, l’OLAF est bien établi et s’est gagné une excellente réputation au niveau international. Mais l’OLAF ne peut pas lutter contre la fraude et la corruption en comptant sur ses seules forces: notre réussite dépend aussi de nos partenaires dans les États membres, les pays tiers, les organisations internationales et dans les institutions de l’UE », a-t-il encore souligné.

Le rapport de cette année met en particulier l’accent sur les suites judiciaires données à ses enquêtes. Depuis sa création en 1999, l’OLAF a ouvert des enquêtes dans plus de 3000 affaires. Plus de 300 personnes ont été condamnées par la justice pénale à la suite d’enquêtes de l’OLAF à un total de près de 875 ans de prison, dont 208 avec sursis.En termes financiers, le contribuable européen a une nouvelle fois retiré un avantage considérable des actions de l’OLAF. Même si l’effet préventif des activités de l’OLAF ne peut se mesurer en chiffres, on a enregistré en 2008 un montant total de recouvrements supérieur à 460 millions d’euros en liaison avec les dossiers traités par l’OLAF. Sur la même période, les coûts opérationnels de l’Office ont été de l’ordre de 53 millions d’euros.

La capacité de l’OLAF à traiter efficacement de nouvelles informations sur des cas potentiels d’irrégularités, de fraude ou de corruption continue à faire l’objet d’une reconnaissance générale. C’est pourquoi le volume d’informations reçues par l’Office est en augmentation constante, passant de 500 nouveaux cas en 2002 à un nouveau record de 1000 cas en 2008. Le Rapport de cette année illustre le rôle de gardien et de protecteur des fonds de l’UE que joue l’OLAF en prenant comme exemple les opérations en Bulgarie. Il mentionne également l’adoption de méthodes de détection de la fraude innovantes, en particulier avec la mise à sa disposition d’outils analytiques puissants et d’un savoir-faire qui faciliteront et amélioreront l’examen des données du programme-cadre recherche.

Annual Report 2009 : http://ec.europa.eu/anti_fraud/reports/olaf/2008/EN.pdf

http://ec.europa.eu/olaf

Laisser un commentaire

Fermer le menu