Un épisode douloureux pour Eurojust : la démission de son président

Accusé de pressions sur les magistrats, le président de l’organe européen de coopération judiciaire pénale, Eurojust,  le portugais José Luis Lopes da Mota, vient de démissionner de ses fonctions après avoir été suspendu au Portugal, a annoncé le gouvernement portugais.


« Le procureur général adjoint Lopes da Mota a remis sa démission des fonctions de membre national d’Eurojust, qui a été accepté » ; a indiqué le ministère portugais de la Justice. Cette démission a été annoncée peu après que le Conseil supérieur du ministère public portugais eut décidé de la suspendre pour trente jours à l’issue d’une enquête ouverte en mai dernier. Le magistrat était accusé de s’être livré à des pressions sur des enquêteurs pour qu’ils classent rapidement leur enquête dans le dossier Freeport, une affaire de corruption présumée impliquant le Premier ministre socialiste José Socrates. Détaché en 2002 de la magistrature portugaise auprès de Eurojust, organisation de coordination judiciaire  de l’Union européenne, M. Lopes da Mota, ancien secrétaire d’Etat à la Justice au sein du gouvernement socialiste d’Antonio Guterres, avait été élu à la présidence de Eurojust en 2007. Selon les règles internes du Collège d’Eurojust, les vice-présidents ayant servi le plus longtemps en tant que membre national, sont habilités à remplacer le président en cas d’absence ou de vacance. Ainsi, lorsque toutes les conditions requises seront remplies, Madame Michèle Coninsx, vice-présidente et membre national pour la Belgique, exercera les fonctions de président jusqu’à ce que de nouvelles élections soient organisées.

Laisser un commentaire

Fermer le menu