Trafic d’organes au Kossovo : nouvel acte d’accusation par le procureur européen de l’Office des poursuites spéciales (SPRK), de EULEX vendredi (10 Juin). Eulex s’organise.

Le Turc, Yusuf Erçin Sonmez, et un Israélien, Moshe Harel, ont ainsi été inculpés, le premier pour traite des personnes, criminalité organisée et exercice illicite de la médecine (il opérait les patients) ; le second pour traite des personnes et criminalité organisée (il est soupçonné d’avoir servi d’intermédiaire avec les patients receveurs). Un pas de plus vient d’êre franchi.
 
Des mandats d’arrêt ont été délivrés par le tribunal de Pristina et des avis de recherche international lancés par Interpol. Le Dr Sonmez, surnommé docteur Vautour, a déjà été arrêté en Turquie, en janvier dernier, puis remis en liberté sous caution.

Les lecteurs de Nea say se souviennent que le député suisse au Conseil de l’Europe, Dick Marty, avait dénoncé, dans un vigoureux rapport publié en décembre dernier, les carences européennes. A-t-il été entendu ? toujours est-il Union européenne boucle actuellement le recrutement d’une équipe de procureurs et enquêteurs qui se consacreront exclusivement à la vérification des informations contenues dans ce rapport. Cette task force devrait être opérationnelle dans l’été. La task force sera hiérarchiquement rattachée au chef de mission d’EULEX, Xavier Bout de Marnhac, et sera dirigée par un magistrat de haut niveau et d’expérience. Mais elle sera localisée à Bruxelles. Officiellement pour « préserver son indépendance », éviter des pressions et pour des raisons évidentes de sécurité. Elle pourra ainsi entendre des témoins dans un anonymat beaucoup plus facile à entretenir qu’à Pristina. Cela lui permettra également de mener d’étendre le champ de ses enquêtes non seulement au Kosovo mais aux autres pays de la région (Serbie, Albanie…) ou d’Europe, sous réserve bien entendu d’avoir la collaboration des pays concernés. Elle ne devrait pas, en revanche, se charger des affaires déjà en cours d’instruction – comme l’affaire Medicus (cf. Nea Say). Une enquête pas facile sur le plan technique et juridique.

 

Laisser un commentaire

Fermer le menu