Que pense le Vatican de la crise en Europe ? Un diagnostic particulièrement aiguë.

Le Vatican est un observateur attentif, bien informé et subtil. Bien entendu il rappelle que : « L’Europe doit récupérer ses valeurs chrétiennes et humaines ». Ce n’est pas une surprise, mais cela va bien au-delà et le rappel est utile à tous ceux qui restent indifférents à un message religieux quelconque. S’exprimant le lundi 11 juin devant les ambassadeurs de l’Union européenne accrédités auprès du Saint-Siège, Mgr Dominique Mamberti, secrétaire pour les relations avec les États, a appelé l’Europe à, face à la crise, « se retourner avec gratitude et reconnaissance vers ses origines ». Personne ne peut rester indifférent à un appel à la justice, à la liberté, à l’ardeur au travail, à l’esprit d’initiative. Personne ne peut rester indifférent au respect de la dignité humaine, pierre angulaire de la Charte européenne des droits fondamentaux (article 1).

 

Dans son intervention, le « ministre des affaires étrangères » du pape a tout d’abord pris acte des sources objectives de la crise européenne : « Un endettement, uni à un marché du travail souvent rigide et aux fortes pressions de la concurrence provenant de l’étranger, qui ont conduit à une délocalisation toujours plus accentuée des activités de production ». Conjugués au vieillissement démographique et à la baisse de la production, ces facteurs doivent, pour Mgr Mamberti, être envisagés dans une perspective plus large : « Une perte d’identité culturelle et sociale progressive des peuples européens, à laquelle s’unit souvent un éloignement de la société civile de la politique, qui peine à accomplir le devoir qui lui revient, c’est-à-dire poursuivre le bien commun ».

 

Pour remédier à cette crise profonde, a affirmé le responsable de la diplomatie pontificale estime que l’Europe devra « se retourner avec gratitude et reconnaissance vers ses origines, et en particulier (…) reproduire de façon constructive et créative les valeurs chrétiennes et humaines, telles que la dignité de la personne humaine, le sentiment profond de la justice et de la liberté, l’ardeur au travail, l’esprit d’initiative, l’amour de la famille, le respect de la vie et le désir de coopération et de paix ».

 

Laisser un commentaire

Fermer le menu