Discours de la Sorbonne d’Emmanuel MACRON : les intentions européennes dévoilées
French President Emmanuel Macron delivers a speech on the European Union at the amphitheater of the Sorbonne University on September 26, 2017 in Paris. French President Emmanuel Macron will set out his vision for a rebooted European Union on September 26, targeting sceptical German politicians who made strong gains in weekend elections. / AFP PHOTO / POOL / ludovic MARIN

Discours de la Sorbonne d’Emmanuel MACRON : les intentions européennes dévoilées

La quête d’une nouvelle Europe : « C’est le bon moment ! »

« Je suis venu vous parler d’Europe ». C’est sur ces quelques mots qu’Emmanuel MACRON a commencé son discours, mardi 26 septembre 2017. Près de deux semaines après le discours sur l’État de l’Union par le président de la Commission européenne, Jean-Claude JUNCKER, le président français présentait, à son tour, sa vision du futur de l’Europe, de « ce qui nous donne un avenir ». L’Europe était l’un de ses chevaux de bataille durant la présidentielle française, ce qui le distinguait des autres candidats. Il a réaffirmé ce choix à la Sorbonne : il est, certes, nécessaire de travailler à une « refondation de l’Europe », mais il est surtout inimaginable de ne penser la France que dans ses frontières. Emmanuel MACRON a ainsi pris, en tant que président, une posture inédite de fervent défenseur de l’Union européenne et s’est fait la voix de la troisième voie, puisqu’il n’y a « pas le choix ».Entre ceux qui veulent disloquer l’Union et ceux qui sont pour le statu quo, Emmanuel MACRON propose de s’unir dans le combat contre les dangers qui menacent l’Europe, de se rassembler derrière une identité européenne et de renforcer une véritable souveraineté dans l’Union .Reste à savoir quelle ampleur et quelles limites cette troisième voie proposée offre vraiment. Si le Président donne là une réponse exemplaire à tous les détracteurs de l’Union, virulents ou languissants ; si son discours distribue clairement les rôles et modèles c’est déjà un nouvel ordre – jusqu’à quel point une troisième voie est-elle vraisemblable ?

La réplique aux eurosceptiques trouve sa voie face aux voix discordantes

Emmanuel MACRON offre, dans son discours, une réplique concrète et inédite aux eurosceptiques de tout bord. La force et l’attractivité des critiques de l’Union tenaient principalement à l’écho inexistant des arguments pro-européens, à l’absence ou la timidité des réponses offertes aux questions et aux arguments fallacieux soulevés par les eurosceptiques.

Dès les premières minutes de son discours, il opère un renversement des concepts, pour mieux s’emparer du sujet et l’emmener là où il le souhaite. Les mots vampirisés et vidés de toute connotation positive lorsqu’ils étaient associés à l’Union européenne retrouvent alors un nouveau contenu. Ainsi, la souveraineté, la sécurité, la démocratie et l’identité ne s’opposent désormais plus à l’idée d’Europe. Au contraire, ils viennent la compléter et la renforcer :

  • La souveraineté, c’est ce qui est au cœur du projet européen, si celui-ci veut réussir. Il n’y a que l’Europe qui puisse « assurer une souveraineté réelle ». Le basculement est ici complet : quand la souveraineté est d’ordinaire vue comme intrinsèquement liée à un État, dans ses frontières, elle devient maintenant la condition sine qua non du projet européen, sa base, et l’utilisation de l’adjectif « réelle » lui fait même trouver son accomplissement ultime dans l’Europe ;
  • La sécurité devient, elle, la « première clé, le fondement de toute communauté politique », quand elle était, auparavant, soi-disant menacée par cette même communauté politique. À force de vocabulaire rassurant et d’exemples concrets, E. MACRON parvient à recréer ce sentiment de sécurité et à prouver que l’Europe peut bel et bien « protéger ; intervenir ; sauver des vies », et non pas laisser les citoyens à l’abandon et rester amorphe face aux menaces qui l’entourent ;
  • La démocratie, c’est « l’essence du projet européen », « son aliment véritable » ;
  • L’Europe, c’est « notre identité » clame-t-il dès la quatrième phrase de son discours, utilisant un possessif commun, par lequel il inclut non seulement toute la salle, mais aussi lui-même et au-delà de son auditoire.

Le point commun à tous ces concepts, c’est la volonté de frapper les esprits, notamment par la répétition d’adjectifs tels que « réelle » et « véritable », toujours associés à ces concepts forts que défend le Président. Par son insistance, il marque l’aspect véridique et authentique de ce qui est présenté, défend l’honnêteté qu’il y a derrière son discours, en opposition aux concepts spécieux mobilisés par les eurosceptiques.

Après un travail de conceptualisation qui affirme et, surtout, légitime son approche, le président français s’attache à décrédibiliser les détracteurs de l’UE. Il démontre, avec ironie, combien ils sont en décalage avec la réalité, avec la vérité qu’il est venu rétablir. Rien de tel, pour ce faire, que d’énoncer clairement et simplement sa pensée, et ainsi s’assurer la bienveillance de l’auditoire : « Ils mentent au peuple », ce qui sous-entend que la voix de la vérité se trouve chez ceux qui les combattent. Afin de porter le coup de grâce et de s’assurer que toute crédibilité est bien retirée aux eurosceptiques, Emmanuel MACRON use de l’ironie, opposant les « défis mondiaux » auxquels la France – et donc l’Europe – doit faire face à l’idée d’une « nation qui se rétrécit sur elle-même ». L’antagonisme de l’échelle globale face à la nation qui se recroqueville fait ressentir, rien que par les mots, l’absurdité des arguments anti-Europe, et ce dès le début du discours.

L’enrichissement des concepts tout au long de sa déclaration amène progressivement E. MACRON, à la fin de son discours, à leur porter le coup de grâce. Ceux qui s’opposent à cette idée d’Europe qu’il vient de défendre et veut refonder ne sont que « quelques nationalistes égarés » qui n’ont que des « fantasmes ». Diminués en termes de nombres mais aussi dans la légitimité de leurs idées qui ne sont que fantasmes, et donc absolument coupés de toute vérité, les eurosceptiques sont ainsi directement attaqués et leur défaite prochaine sera leur destin.

Cependant, le Président ne fait pas que décrédibiliser son adversaire pour gagner la confiance de l’auditoire ; il est l’une des premières personnalités politiques françaises à offrir un mea culpa face à la dégradation de situation qu’a connue l’Union européenne. En s’éloignant délibérément d’une vision manichéenne de l’UE, entre les bons et les mauvais, il assume sa part de responsabilité, la sienne et celle des autres personnalités qui ont contribué et contribuent encore à façonner l’Europe.  « Nous avons laissé faire ça » : que ce « nous » englobe les citoyens en général ou bien uniquement la classe politique, cela reste libre d’interprétation aux lecteurs ; par contre, c’est bien à la classe politique qu’il s’identifie lorsqu’il souligne que « nous n’avons pas eu raison de faire avancer l’Europe malgré les peuples ». Ce qui en ressort néanmoins, c’est la volonté de faire place nette, de s’offrir à nu et en toute honnêteté, par opposition aux mensonges des critiques de l’Europe.

Redonner une nouvelle vie à des concepts épuisés et construire une image d’homme probe face à l’auditoire crée un cadre propice à la bonne réception du projet qu’Emmanuel MACRON présente dans son discours. Ce papier s’attachant principalement à l’analyse discursive et à l’impact du discours de monsieur MACRON, il ne détaillera pas le contenu des propositions faites – des analyses politiques plus poussée ont d’ailleurs déjà été produites (voir, à la fin de l’article, la rubrique « Pour aller plus loin »).

Emmanuel MACRON utilise un vocabulaire de la mise en acte, ce qui donne l’impression que sa vision européenne est un projet déjà bien enclenché. « Je propose », « je veux », « je sais », « je crois très profondément », « j’ai fait mon choix », « dès le mois de novembre prochain », « d’ici en 2024 » : autant d’éléments qui parsèment le discours du Président et qui viennent fortifier un projet qui semble déjà bien lancé. Les assertions et les marqueurs temporels renforcent l’idée que l’action est à portée de main.

L’utilisation, à plusieurs reprises, de la France comme laboratoire d’expérimentation de ses propositions européennes vient compléter cette image d’idée en bonne voie de réalisation. Par la multiplication d’exemples de ce qu’il a déjà réalisé « depuis ces quelques mois » qu’il est au pouvoir, Emmanuel MACRON légitime ses propositions et se pose en homme d’action, de terrain. Alors qu’il a donné l’impression que les anciennes personnalités politiques ont, depuis des années, abandonné l’Europe dans un statu quo quasi léthal, lui, en quelques mois, n’a cessé de voyager, de proposer, de rencontrer, de prendre des décisions… En un mot, d’agir. La France « donner[a] l’exemple », « la France propose » : à travers la personnification de la France, c’est aussi un parallèle entre le pays et lui-même que le Président dresse. Ce qu’il propose, c’est pour son pays tout entier, pas pour une élite ; la France avance unie, avec son Président. Ça n’est plus une France qui veut s’isoler, mais une France qui veut être force de proposition dans la construction européenne ; Emmanuel MACRON tord ainsi le cou à l’idée de soumission à Bruxelles, parce que, rappelle-t-il, « Bruxelles, c’est nous, toujours, à chaque instant ».

À travers son discours, Emmanuel MACRON offre une réponse complète aux principaux arguments des eurosceptiques. Redéfinition des concepts qu’ils s’étaient injustement appropriés, personnification d’une France forte, moteur de l’action européenne, reconstruction du lien de confiance entre Français et Idée d’Europe… Le Président crée les conditions idéales pour disposer son auditoire à embrasser, sans plus attendre, son projet et ainsi mettre la main à la pâte sans délais.

Le projet européen prend déjà forme à travers les mots

Le discours d’Emmanuel MACRON possède une double propriété : il est non seulement inspiré, mais aussi inspirant. Il raconte une histoire où chacun a sa place et a son utilité, dans un tout bien ordonné. Plus encore, ce discours est une véritable incarnation de l’idée européenne d’E. MACRON et donne à l’histoire racontée de plus en plus de véracité et l’ancre dans la réalité, impliquant déjà l’auditoire sans qu’il ne s’en rende compte.

Le président MACRON dessine le contour d’une véritable quête, où chaque rôle est aisément identifié et où chacun trouve intuitivement sa place. Il y a d’abord le héros, comme dans toutes les quêtes, incarné ici par l’orateur lui-même qui se pose en chef stratège. Si c’est bien l’utilisation du pronom « nous » qui prédomine dans le discours (285 occurrences, où le « nous » représente soit le Président et le peuple, soit le Président et les autres décideurs politiques), le héros reste celui qui ouvre la voie, mène la barque (129 occurrences du pronom « je »). Sa parole est régulièrement ponctuée d’exclamations, de moments où il s’anime et devient combatif. Son vocabulaire est régulièrement teinté par le champ lexical du combat (« guerre civile », « combat que je mène »), où il se présente comme celui qui va au front et attaque. Il est aussi le héros qui prend soin des autres, rassurant : l’Europe (portée par la France et donc, par extension, portée par E. MACRON), doit « défendre » et « protéger » ses citoyens. En un mot, l’orateur s’affirme en parfait leader, à la fois combattif, vindicatif et assuré, mais aussi rassurant et réfléchi.

Les adjuvants sont là, tantôt clairement détachés du leader par un « vous » qui les exhorte à l’action et les responsabilise directement (« c’est à vous de [tracer la seule voie qui assure notre avenir] »), tantôt liés au chef par un « nous » englobant qui met l’auditoire sur un pied d’égalité et facilite son identification au meneur. L’usage, à 44 reprises, du mot « commun[e] » vient renforcer ces notions d’égalité et d’identité et resserrer les liens entre le Président et ceux qui l’accompagnent dans cette quête, dans cette conquête d’une nouvelle Europe.

Et puis, que seraient une quête et son héros sans leurs opposants ? Isolés syntaxiquement par l’utilisation du « ils » ou du « eux », qui les exclut du groupe, sans même leur concéder une identité définie. Ils « mentent », ils essaient de faire « tomber dans [leur] piège », « le piège de ceux qui détestent l’Europe », comme il les décrit quelques lignes plus loin, ceux qui n’ont pas encore décidé de la voie à suivre. Ce sont les « vilains » par excellence, qui s’opposent à son projet et contrastent totalement avec l’atmosphère de confiance, de sincérité et de vérité qu’Emmanuel MACRON construit autour de lui, tout au long de sa prise de parole. La répétition de mots des champs lexicaux de la vérité, de la solidarité, de la transparence et de la probité, dessine en creux un portrait négatif de ceux qui ne partagent pas son point de vue. Il lui suffit d’utiliser que quelques termes péjoratifs lorsqu’il évoque ses adversaires pour achever de les décrédibiliser et de se poser en unique alternative.

L’idée de quête ne se retrouve pas uniquement dans la construction d’un schéma narratif évocateur. Le Président parle de son projet européen, projet qui prend corps, simultanément, dans le discours comme première étape de sa réalisation. Le discours devient donc, en lui-même, une partie de la réalisation de la quête : non seulement il anime les parties prenantes et les entraîne déjà dans la mise en actes, mais il incarne aussi une vision concrète et bien avancée du projet du président français.

Il y a, dans ce plaidoyer pour l’Europe, un aspect endogène qui nourrit et donne de l’épaisseur à une idée au départ immatérielle, grâce à une construction très méthodique, en gradation, de son argumentation. Choisir de dédier les premières minutes de sa parole à la critique et à l’autocritique donne certes une image de totale transparence vis-à-vis de l’auditoire, mais donne aussi un point de départ négatif au propos qui va être tenu. Emmanuel MACRON avance à petits pas ; chaque élément vient défier les problèmes rencontrés dans la poursuite de la construction d’une Europe efficace et appréciée.

Il expose les concepts biaisés des eurosceptiques, il admet les limites atteintes par l’ancienne politique, la lourdeur de la « bureaucratie impuissante » qui a créé une Europe « trop faible, trop lente, trop inefficace ». Au fil de son discours, le Président apporte, à chacun de ces arguments, des contre-arguments – ou plutôt des alternatives. Ses réponses viennent déconstruire une vision simpliste et présentée en quelques mots ; elles s’étalent tout au long du discours, à travers les propositions concrètes qu’il fait. Il propose une Europe plus forte, une Europe à la prise de décisions plus rapide et plus efficace (une « Europe à deux vitesses »). Enfin, au souci bureaucratique, il s’attaque à « la question [des] institutions », dont la simplicité doit devenir la ligne d’horizon. Cette manière de créer de l’écho à travers le discours lui donne déjà de la profondeur.

La construction en résonnance du texte donne aussi à entendre et à constater que l’idée d’Europe se concrétise au fil du discours. Si elle paraît floue et menacée au début, elle s’emplit peu à peu de ferveur et installe, dans l’auditoire, un sentiment de confiance qui vient l’envelopper. L’utilisation régulière des concepts mis en avant par Emmanuel MACRON finalise la création d’un cadre bien défini et qui s’auto-alimente. Cette richesse, déjà présente dans le discours, donne alors l’impression que l’idée est bien aboutie, que tout est en place : il ne reste plus qu’à rejoindre le mouvement. Cette Europe qu’on a laissée tomber et vidée de toute volonté prend soudain forme sous les yeux de l’auditoire, simplement par les mots prononcés par le Président.

La dimension concrète, argumentée et bien définie que la stratégie oratoire d’Emmanuel MACRON laisse paraître insuffle une dynamique nouvelle au projet européen. La claire identification de la position de chacun, le renversement de position des eurosceptiques, qui se présentaient initialement comme ceux qui protègent, face à une Bruxelles inutile et même dangereuse – autant d’éléments qui représentent une véritable révolution dans la manière d’aborder le sujet.

Construire une nouvelle Europe sans tout détruire : trouver un juste milieu tenable

La forme et le fond du discours de la Sorbonne offrent une vision rafraîchie, pour l’auditeur, de l’Union européenne. Emmanuel MACRON se pose en troisième voie pour l’Europe. Il s’éloigne de ceux qui veulent la voir disparaître mais aussi de ceux qui ont contribué à l’état de léthargie dans lequel elle se trouve aujourd’hui.

C’est un sentiment de renaissance qui émane de la globalité de ce discours. La tonalité employée par le Président participe beaucoup de cette impression, et même de cette envie de renaissance. Il fait le choix d’un vocabulaire engagé, qui fait souvent appel à la volonté, à la prise de décision : « je souhaite », « je suis prêt », « je ferai tout pour », « j’ai fait mon choix », « je sais », « je veux » sont autant de verbes forts qui ne laissent pas de place à la passivité. Emmanuel MACRON sait où il va, et cette direction est opposée à celle de « l’opacité » et du « mensonge » qui était le lot des ennemis de l’Union.

Cet usage du vocabulaire contribue à l’idée que le Président a su repérer, peut-être même créer, le momentum : il répète deux fois, en trois phrases, « c’est le bon moment ! ». Le « défi » est présent 23 fois dans le discours, et montre toute l’innovation que représentent les idées qu’il avance, tout en défiant également son auditoire et ses soutiens à agir et relever ces défis, avec lui. Comme pour donner un souffle de fraîcheur sur cette idée de défi, les champs lexicaux de la jeunesse et de l’avenir se font de plus en plus présents à la fin, ouvrant ainsi non seulement le champ des possibles mais aussi celui de l’espoir.

Loin de la résignation et du dénigrement, c’est une voie positive qu’E. MACRON trace et invite à suivre. L’Élysée a nommé ce discours « Initiative pour l’Europe » ; le terme d’initiative rend bien hommage à cette idée de démarrer quelque chose, en premier, et de se détacher de ce qui se fait d’ordinaire, parce qu’il est nécessaire de changer.

Pourtant, si l’initiative peut se référer à quelque chose de totalement inédit, le président français ne présente pas non plus une vision qui lui soit totalement propre. S’il se pose en moteur du changement, il se place quand même, pour reprendre la métaphore nautique instiguée par Jean-Claude JUNCKER lors de son discours sur l’État de l’Union européenne, dans le sillage de grandes figures qui font l’Europe.

L’utilisation d’arguments d’autorité, en se référant non seulement au président de la Commission européenne mais aussi au Vice-Président TIMMERMANS et à la chancelière allemande donnent un cadre institutionnel préexistant à un discours qui se voulait initiateur d’une voie inédite. Beaucoup de similitudes se retrouvent dans les visions européennes proposées par J-C. JUNCKER et E. MACRON. Le patronage implicite de la Commission, à travers ces citations, vient fragiliser le désir de nouveauté et de réelle voie nouvelle que propose Emmanuel MACRON – bien qu’il s’installe dans un rapport de forces avec le président de la Commission, saluant ses propositions tout en affirmant qu’il « faut aller plus loin ».

S’il maintient qu’il n’y a « pas le choix », qu’il faut une « refondation de l’Europe » et « rendre l’Europe à elle-même et la rendre aux citoyens européens », la question du comment reste quand même sur les lèvres des auditeurs, tout aussi enclins à participer qu’ils soient. Le Président avance, à nouveau, l’idée de « conventions démocratiques » pour donner aux gouvernements une feuille de route simple et bien saisir les préoccupations des citoyens. La référence à la Révolution française et à la fondation de la Première République auréole bien sûr ce concept. Pierre angulaire de la stratégie de refonte de l’Europe, la proposition de conventions démocratiques reste pourtant toujours floue aujourd’hui. La force de la troisième voie ouverte par Emmanuel MACRON trouve ici un point d’achoppement : l’aspect citoyen et démocratique de l’Europe ne peut, encore une fois, rester approximatif et hésitant, alors que toute la proposition du Président consiste à chasser les vieux démons, retrouver la confiance et continuer sur cette dynamique qu’il est parvenu à construire à travers cette heure et demie d’exposé.

C’est un discours fort et inédit que prononce Emmanuel MACRON à la Sorbonne, qui fait date tant par la force de la réponse qu’il apporte que par la force de la conviction qui l’anime et qui se transmet à l’auditoire. Le Président prend vraiment les armes pour combattre les eurosceptiques, attitude inédite et qui mérite d’être soulevée et saluée. Les constructions rhétoriques lui permettent de créer un climat de confiance positif pour proposer sa vision du projet européen, sa volonté de refondation de l’Europe, dont il entend bien être le meneur. Les images qu’il crée auprès de l’auditoire, que ce soit l’unité, l’espoir ou la méfiance envers les critiques de l’Europe, opèrent un renversement dans la conception générale de l’Union européenne, faisant table presque rase pour construire un nouveau projet. Au-delà du contenu, c’est la conviction de l’orateur qui fait sa plus grande force. Les mots et images employés par E. MACRON sont les liens directs avec les citoyens et les meilleurs catalyseurs d’énergie. Le discours devient alors le vecteur direct d’une envie d’agir et de partager idées et convictions, avec le Président mais aussi entre concitoyens.

L’idée forte des conventions démocratiques mérite, néanmoins, d’être approfondie. Toute l’idée d’Emmanuel MACRON réside en la place retrouvée du citoyen dans le projet européen : il est impensable de laisser s’évanouir cette volonté, et encore de recréer, sous un nom différent, une situation exactement pareille à la situation présente. Dans cette perspective, EULOGOS ATHENA souhaite s’investir pleinement dans ce projet et dans cette refonte d’une Union européenne plus citoyenne. Grâce à des articles, à un suivi précis et régulier des avancées de ces idées et une possibilité de relayer, d’informer et, idéalement, de participer à son échelle à l’instauration de ces conventions démocratiques. Redynamiser l’Europe, lui insuffler un véritable aspect démocratique et surtout lui redonner un projet qui lui permette de mener la barque de l’Union – autant d’idéaux partagés et ravivés par un tel discours. « C’est le bon moment » répète Emmanuel MACRON. À chacun, donc, de prendre ses responsabilités.

 

Amélie Ancelle

Pour en savoir plus :

Le discours d’Emmanuel MACRON, « Initiative pour l’Europe », prononcé le 26 septembre 2017 : http://www.elysee.fr/declarations/article/initiative-pour-l-europe-discours-d-emmanuel-macron-pour-une-europe-souveraine-unie-democratique/

Le discours sur l’État de l’Union de Jean-Claude JUNCKER, prononcé le 13 septembre 2017 :http://europa.eu/rapid/press-release_SPEECH-17-3165_fr.htm 

Fondation Robert Schuman, « L’Europe d’Emmanuel Macron. Une vision, des propositions » in Question d’Europe n°445, 2/10/2017, consulté le 6/10/2017

Charles WYPLOSZ, « Macron et l’Europe 2.0 », Telos [en ligne : https://www.telos-eu.com/fr/politique-francaise-et-internationale/macron-et-leurope-20.html], 28/09/2017, consulté le 3/10/2017

Bastien NIVET, « Les trois ressorts européens du Président Macron », The Conversation [en ligne : https://theconversation.com/les-trois-ressorts-europeens-du-president-macron-85046?utm_source=linkedin&utm_medium=linkedinbutton], 8/10/2017, consulté le 16/10/2017

European Political Strategy Centre, “Two Visions, One Direction”, Commission européenne, [en ligne : https://ec.europa.eu/epsc/publications/other-publications/two-visions-one-direction—plans-for-the-future-of-europe_en?pk_source=mailing_list&pk_medium=email&pk_campaign=epsc-2-visions-email] 29/10/2017, consulté le 2/10/2017

Laisser un commentaire

Fermer le menu