Une offense à la sensibilité chrétienne : le douteux « Noël blanc » d’un village italien

La sensibilité musulmane n’est pas la seule à être blessée ces derniers temps, la sensibilité chrétienne également et qui plus est par des gens qui se revendiquent comme chrétiens. La Ligue du Nord fait à nouveau parler d’elle à travers l’opération « White Christmas ».


Le prochain Noël s’annonce bien particulier pour les 7.000 habitants d’une petite ville du nord de l’Italie. Le 25 octobre dernier, la municipalité de Coccaglio, près de Brescia, a lancé une opération qui suscite la polémique. Baptisée – en anglais dans le texte – « White Christmas » (Noël blanc), l’opération a pour objectif assumé d’expulser tous les résidents étrangers de la ville en situation illégale avant le 25 décembre. Les employés de mairie ont un mois pour « visiter » environ 400 maisons qui abriteraient 1.500 étrangers. Selon La Repubblica , tous ceux qui seront contrôlés avec un permis de séjour expiré depuis six mois se verront expulsés s’ils ne peuvent pas prouver qu’ils ont entrepris des démarches pour le renouveler. « Nous n’avons pas de problème avec la criminalité », explique le maire de Coccaglio, Franco Claretti, qui a pris ses fonctions en juin dernier. « Nous voulons juste commencer le nettoyage », précise cet élu de la Ligue du Nord.

« La Ligue du Nord a une vision xénophobe, raciste, violente et arriérée de notre pays » a réagi Anna Finnochiaro, présidente du groupe du Parti démocrate (opposition de gauche) au Sénat italien. L’ancienne ministre de l’Égalité des chances de Romano Prodi a déploré que les autorités de Coccaglio veuillent « chasser les immigrés au moment des célébrations de Noël ». Un argument qui ne fait pas plier Franco Claretti. « Peut-être que le nom de l’opération a mal été choisi », a-t-il, certes, concédé. Mais il n’a toutefois rien lâché sur le fond. « Pour moi, Noël n’est pas la célébration de l’hospitalité, mais plutôt celle de la tradition chrétienne et de notre identité », a-t-il notamment défendu dans les colonnes de La Repubblica . « Le christianisme, c’est l’hospitalité », lui a répondu le responsable diocésain de la pastorale des migrants, Mario Toffari.

Laisser un commentaire

Fermer le menu