Préoccupations des français : le chômage, les retraites et pas la sécurité. Les Français plus préoccupés par le chômage que par la sécurité

Les Français sont bien davantage préoccupés par le chômage, les retraites, la qualité des soins médicaux et le pouvoir d’achat que par la sécurité, selon un sondage TNS-Sofres pour La Croix.  C’est un sentiment que  Nea Say essaye de faire partager à ses lecteurs depuis quelques numéros, notamment les tout derniers.

Quelque 41% des personnes interrogées citent au premier rang de leurs préoccupations le chômage et l’emploi, 15% le financement des retraites, 8% le pouvoir d’achat, 7% les inégalités sociales, 6% la santé et la qualité des soins, 5% l’environnement et 4% la sécurité des biens et des personnes. Quelque 74% des personnes interrogées citent le chômage et l’emploi comme une de leurs préoccupations, 54% les retraites, 50% la qualité des soins, 47% le pouvoir d’achat, mais seulement 26% la sécurité, c’est-à-dire que trois quarts des personnes interrogées ne la mentionne pas comme préoccupation. Cette hiérarchie reste inchangée par rapport à juillet, malgré l’offensive de l’Elysée sur le thème de la sécurité, souligne l’institut de sondage. La sécurité progresse toutefois dans les citations, notamment chez les sympathisants de droite et les personnes âgées, relève-t-il. Le sondage a été réalisé du 27 au 30 août auprès d’un échantillon de 1.000 personnes choisi selon la méthode des quotas.

Cet article a 1 commentaire

  1. Et ils ont raison de s’inquiéter : chiffres réels du chômage : + 500.000 en juillet (500 milles !)
    Voir l’article : « Chômage : quatre vérités que Lagarde ne vous dira pas » publié par l’économiste Pierre Larrouturou sur Rue89 :

    http://eco.rue89.com/2010/08/30/chomage-quatre-verites-que-lagarde-ne-vous-dira-pas-164527

    Extrait :

    « Pas moins de 505 000 hommes et femmes se sont inscrits au chômage en juillet, et 505 000 en un mois, c’est absolument catastrophique !

    D’où vient l’impression d’accalmie qui permet à Chiristine Lagarde de parler d’une « stabilisation du chômage » ? Pourquoi la courbe qui récapitule le « stock » de chômeurs ne monte-t-elle pas de façon verticale ?

    Parce que, dans le même temps, 495 000 personnes ont quitté Pôle emploi. Mais sur ces 495 000 sorties, il n’y en a que 104 000 qui déclarent avoir retrouvé un emploi. Il y a un flou pour 100 000 d’entre eux, mais le ministère lui-même admet que « moins de 40% de ceux qui quittent Pôle emploi retrouvent un emploi ».

    La majorité de ceux qui quittent Pôle Emploi sont en fin de droits
    Ils ont été licenciés il y a un an ou deux et n’ont plus droit aux indemnités. Ils sont dans la précarité la plus totale : ils vont survivre -ou sousvivre- avec le RMI-RSA… ou n’auront droit à aucune allocation si leur conjoint a un revenu correct. En deux ans, le revenu du couple a été divisé par deux, mais leur problème n’apparaît dans aucune statistique.

    L’Insee estime que 400 000 ménages vont être confrontés cette année à cette situation : voir leurs revenus divisés par deux ! Mais ils ne sont plus comptés comme chômeurs, et Christine Lagarde ou Eric Woerth ne les croisent pas dans les dîners en ville… »

Laisser un commentaire

Fermer le menu