Le Réseau Euro Méditerranéen des droits de l’Homme (REMDH) met en accusation la nouvelle politique de l’Union européenne.

REMDH s’interroge : les migrants, les grands perdants de la nouvelle stratégie européenne à l’égard des pays du sud de la Méditerranée qui tentent la démocratie ? Son comité exécutif s’est réuni du 24 au 26 juin au Caire et a fait connaitre son désaccord profond avec les résultats du Conseil européen (cf.  autre information). « Il est urgent que l’Union européenne et ses voisins du sus de la Méditerranée favorisent sans conditions préalables, la mobilité des citoyens des deux rives et leur libre circulation. Ceci permettre de promouvoir le développement de la région ainsi que la dignité des citoyens ».

Quant à la situation, REMDH note positivement l’évolution en Egypte tout en soulignant l’importance des pays des défis posés à ce pays. Il constate aussi avec inquiétude les dérives sécuritaires que les membres de REMDH disent avoir constaté : des milliers de procès devant les tribunaux militaires, sans égards pour les garanties essentielles d’un procès équitable, inquiétude face à l’absence de mesures pour mettre fin aux années d’impunité des membres de la police qui se sont rendus coupables de graves violations des droits de l’homme, non levée de l’état d’urgence, maintien des tribunaux d’exception. Il a aussi exprimé « son inquiétude en raison du manque de transparence des décisions prises par le gouvernement égyptien transitoire et par le Conseil supérieur des Forces armées ». Il a par ailleurs exprimé sa préoccupation «  de voir que les dates des élections parlementaires et présidentielles n’ont pas encore été rendues publiques ».

Le comité exécutif du REMDH condamne la poursuite des massacres en Libye et exprime sa solidarité avec les défenseurs des droits de l’homme en Syrie ; »Les autorités syriennes doivent permettre l’accès de leur pays de la mission du Haut Commissariat pour les droits de l’Homme’. Le Comité exécutif relève « des éléments positifs dans les réformes constitutionnelles proposées au Maroc », mais « que le projet de réforme constitutionnelle ne garantisse pas pleinement la séparation des pouvoirs et, par voie de conséquence, l’état de droit ». Comme il déplore que peu de temps soit accordé au débat démocratique sur les réformes proposées avant le Référendum prévu le 1er juillet » .

Par ailleurs il condamne « la politique de colonisation permanente, agressive et illégale du gouvernement israélien qui constitue un obstacle majeur à la paix et qui menace la viabilité de la solution des deux Etats. L’établissement d’un Etat palestinien sur les frontières de 1967 et la mise en plac d’un gouvernement démocratiquement élu par le peuple palestinien qui doivent être appuyés par la communauté internationale, y compris l’Union européenne » .

      – . Prise de position du REMDH en vue du Conseil européen du 24 juin http://www.euromedrights.org/fr/dernieres-nouvelles/emhrn-releases/communiques-du-remdh-2011/9860.html

      -. Déclaration du comité exécutif du REMDH sur les progrès et les reculs du printemps arabe http://www.euromedrights.org/fr/dernieres-nouvelles/emhrn-releases/communiques-du-remdh-2011/9895.html

 

Laisser un commentaire

Fermer le menu