Corruption : l’Europe doit faire plus d’efforts alerte le Conseil de l’Europe. Plus d’efforts ! plus d’engagements !

Une fois de plus Nea Say doit consacrer une partie de sa surface rédactionnelle à la corruption. Le Groupe d’Etats contre la corruption (Greco) du Conseil de l’Europe publie son rapport annuel où il souligne les insuffisances, les reculs et la faiblesse des performances d’un certain nombre de pays. Drago Kos, Président du Groupe d’Etats contrela Corruption(GRECO) du Conseil de l’Europe, a réclamé  que soient déployées plus de ressources – en termes d’efforts, de temps et de financement – au profit de la lutte contre la corruption en Europe, et au niveau mondial.

 

Lors de la présentation du rapport annuel du GRECO au Comité des Ministres, il a souligné que le GRECO avait observé des « baisses de régime occasionnelles dans la détermination des politiques de lutte contre la corruption, voire des retours en arrière » par rapport aux réalisations antérieures. .Il a également souligné que la performance d’un certain nombre de pays, la plupart d’entre eux membres de l’UE, a dû être qualifiée de « globalement insatisfaisante » par le GRECO durant l’actuel troisième cycle d’évaluation et que ces pays ont dû être soumis à un examen plus approfondi. L’objectif du troisième cycle d’évaluation est d’examiner l’incrimination de la corruption et la transparence du financement des partis politiques – un des domaines dans lequel de nombreux pays rencontrent des difficultés à apporter des améliorations. « Nous ne pouvons pas accepter le point de vue pessimiste selon lequel la corruption serait une bête que l’on ne pourrait apprivoiser. Les États membres concernés et les organisations internationales doivent intensifier leurs efforts. J’attends beaucoup de la coopération renforcée avec l’Union européenne « , a-t-il conclu.

 

En 2010, le GRECO a commencé à préparer son quatrième cycle d’évaluation, dont le lancement est prévu début 2012 et qui sera consacré à la prévention de la corruption concernant les parlementaires, juges et procureurs. Le rapport annuel fournit une synthèse de toutes les activités du GRECO en 2010. Il contient également un chapitre thématique sur le sponsoring (parrainage) qui est parfois utilisé aux fins de procurer des avantages indus.

 

Le GRECO s’est dit impatient de travailler un peu plus avec la Commissioneuropéenne qui le 6 juin dernier a présenté une nouvelle stratégie contre la corruption dans l’UE, prévoyant d’établir des rapports tous les deux ans sur l’étendue du phénomène et proposant au Conseil d’associer le GRECO à ses travaux. (Cf. Nea Say http://www.eu-logos.org/eu-logos_nea-say.php?idr=4&idnl=2138&nea=109&lang=fra&lst=0 )

 

 

Texte du  onzième rapport général d’activités du GRECO FR http://www.coe.int/t/dghl/monitoring/greco/documents/2011/Greco(2011)1_Act.Report2010_FR.pdf

EN http://www.coe.int/t/dghl/monitoring/greco/documents/2011/Greco(2011)1_Act.Report2010_EN.pdf

 

Laisser un commentaire

Fermer le menu