2. QUI SONT VOS DEPUTES EN CHARGE DES DROITS FONDAMENTAUX ?

Jan Philipp ALBRECHT (Les Verts/ALE)

Jeune eurodéputé de 32 ans, il est engagé au niveau national dans le partiécologiste allemand (Bündniss 90/ Die Grünen) et dans le groupe Les Verts/Alliance libre européenne au Parlement européen. Il est devenu la figure emblématique de l’institution en ce qui concerne la protection des données. Il a été rapporteur sur le réglèment général sur la protection des données lors de la précédente législature. Il est également très impliqué dans les négociations USA/UE. Pour cette nouvelle législature, il est vice-président de la Commission LIBE. 
Source


Martina ANDERSON (GUE/GVN)

Née en 1962, cette eurodéputée irlandaise siège au Parlement européen dans le groupe GUE/GVN. Ancienne activiste pour l’indépendance de l’Irlande du Nord, cette partisane de Sinn Fein a été élue à l’Assemblée d’Irlande du Nord en 2007 et est aujourd’hui engagée dans la commission LIBE.
Source

 

 


Gerard BATTEN (ELDD)

Membre du nouveau groupe « Europe Libertés et démocratie directe », Gerard Batten est une figure emblématique du parti UKIP. Il est en effet un des membres fondateurs et a même assuré la position de secrétaire général du parti de 1994 à 1997. Cet eurodéputé de 60 ans entame cette année sa dixième année au Parlement européen.
Source

 


Heinz K. BECKER (PPE)
Membre du Österreichische Volkspartei, parti soutenant le marché unique, né en 1950, cet eurodéputé est très engagé dans la lutte de certaines maladies : il est vice-président de l’Union européenne des séniors depuis 2013. Depuis 2011, il a rejoint les eurodéputés du groupe PPE.
Source

 

 


Malin BJÖRK (GUE/GVN)

Membre du Vänsterpartiet, très impliqué sur l’égalité des genres et sur l’intégration des immigrés, cette eurodéputée née en 1972 a rejoint les rangs du groupe GUE/GVN.
Source

 

 

 


Michal BONI (PPE)

Membre de la Plateforme Civique (PO), parti du gouvernement polonais, Michal Boni a une longue carrière politique derrière lui. Né en 1954, il rejoint le syndicat Solidarité en 1980.
Sous Donald Tusk, il fut Ministre de l’Administration et de la Numérisation de 2011 à 2013. Dans les rangs du PPE, il défendra une vision plutôt conservatrice sur le plan social, mais plus libérale sur le plan économique.
Source

 


Bodil CEBALLOS (Les Verts/ALE)

Née en 1958, cette eurodéputée est engagée dans le Milijöparteit de gröna, parti écologiste suédois. Elle a été élu au Parlement suédois depuis 2006. Dans la Commission LIBE, elle représentera le groupe Les Verts/ALE, en apportant son expertise sur l’immigration et les droits de l’homme.
Source

 

 


Caterina CHINNI (S&D)

Née en 1954, cette magistrate représentante du Partito Democratico siège avec le groupes des Sociaux-Démocrates.
Source

 

 

 


Ignazio CORRAO (ELDD)

Agé de 30 ans, cet eurodéputé siège dans le nouveau groupe ELDD. En Italie, il est membre du Mouvement 5 Etoiles, parti populiste de Beppe Grillo.
Source

 

 

 

 


Rachida DATI (PPE)

Ancienne Garde des Sceaux (2007-2009) et actuelle maire du 7è arrondissement de Paris, Rachida Dati a fait son entrée au Parlement européen en 2009, en tant que membre de l’UMP et du PPE.
Source

 

 

 


Agustin DIAZ DE MERA GARCIA CONSUEGRA (PPE)

Ancien maire d’Avila (1999-2002), ce sénateur de longue date (1989 à 2004 avec une coupure entre 1993 et 1996) né en 1947 siège pour le Partido Popular au sein du PPE.
Source

 

 

 


Frank ENGEL (PPE)

Agé de 39 ans, Frank Engel a depuis longtemps mêlé son engagement politique et son appartenance religieuse. Membre du Comité National de la Jeunesse chrétienne sociale de 1995 à 2000, il est aujourd’hui élu du Parti Chrétien Social Luxembourg et siège au sein du PPE. Il est également Consul honoraire de l’Arménie à Luxembourg depuis 2006.
Source

 

 


Cornelia ERNST (GUE/GVN)

Cette ancienne députée allemande spécialisée en politique intérieure, dans la question de l’asile et des migrants, les questions sociales et la parité, est née en 1956. Elle est eurodéputée Die Linke et membre du groupe GUE/GVN.
Source

 

 

 

 


Tanja FAJON (S&D)

Née en 1971, cette eurodéputée slovène du parti Socialni democratki s’est illustrée dans la précédente législature en tant que Rapporteuse sur le processus de libéralisation des visas pour les Balkans de l’Ouest. Elle a notamment contribué à l’élimination des visas pour les citoyens albanais en Europe. Elle siège au sein du groupe S&D.
Source

 

 


Laura FERRARA (ELDD)

Membre du Mouvement 5 Etoiles, cette eurodéputée née en 1983 siège au sein du groupe ELDD.
Source

 

 

 

 


Monika FLASIKOVA BENOVA (S&D)

Cofondatrice du parti slovaque social-démocrate SMER, elle est eurodéputée depuis 2004 au sein du groupe S&D. En 2001, elle a été cependant accusée de fraude fiscale en 2001 et s’est retrouvée isolée de son partie pour avoir déclaré que le référendum en Crimée était légitime.
Source

 

 

 


Mariya GABRIEL (PPE)

Née en 1979, membre du parti des « Citizens for European Development of Bulgaria », elle est membre du Parlement européen depuis 2009. Elle est très impliquée sur la question des jeunes et de leur relation avec l’Union européenne.
Source

 

 

 


Kinga GAL (PPE)

Membre du parti FIDESZ, cette eurodéputée hongroise née en 1970 siège au sein du groupe PPE depuis 2004. Elle a été élue vice-présidente de la Commission LIBE pour la période 2014-2019. 
Source

 

 

 

 


Ana GOMES (S&D)

Diplomate portugaise, qui a été ambassadrice en Indonésie de 2000 à 2003, elle est membre du Partido Socialista. Elle est membre du groupe S&D depuis 2004.
Source

 

 

 

 


Nathalie GRIESBECK (ALDE)

Ancienne conseillère générale de la Moselle, elle est eurodéputée depuis 2004. Membre de l’UDI/MoDem, elle est engagée depuis 2009 dans la Commission parlementaire LIBE. Elle fait partie du groupe ALDE.
Source

 

 

 

 


Sylvie GUILLAUME (S&D)

Spécialisée dans l’immigration, l’espace Schengen, les droits de l’hommes, la lutte contre la discrimination touchant les Roms et les minorités sexuelles, cette eurodéputée, membre du Parti Socialiste, née en 1962, fait partie du groupe S&D.
Source

 

 

 

 


Jussi HALLA-AHO (ECR)

Né en 1971, il est membre du Parti d’extrême droite « les Vrais Finlandais » et a rejoint le groupe ECR au Parlement européen. Cet eurodéputé est très critique sur la politique d’immigration et le multiculturalisme de la Finlande. Il a notamment été poursuivi en 2009 en justice pour incitation à la haine après avoir déclaré que le prophète Mohammed était un pédophile et que la religion musulmane était une religion de pédophiles. Il a été condamné à verser 330 euros d’amende.
Source

 

 


Monika HOHLMEIER (PPE)

Membre de la division bavaroise du CDU depuis 1978, cette eurodéputée CSU de 52 ans fait partie du groupe PPE depuis 2009.
Source

 

 

 

 

 


Brice HORTEFEUX (PPE)

Cet homme politique français, membre de l’UMP, a exercé une carrière ministérielle variée dans les années 2000 : il fut successivement Ministre délégué aux Collectivités territoriales (2005-2007), Ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire (2007-2008), Ministre du Travail, des Relations sociales, de la Famille, de la Solidarité et de la Ville (2009), Ministre de l’Intérieur, de l’Outre-Mer et des Collectivités territoriales (2009-2011).
Certaines de ses déclarations ont été problématiques et il a d’ailleurs été condamné pour injure raciale à la suite de ce propos :  » Il en faut toujours un. Quand il y en a un ça va. C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes  » en parlant des personnes d’origine maghrébine. Il a également mené une série d’expulsions de personnes appartenant la minorité Rom après le discours de Grenoble prononcé en 2010 par Nicolas Sarkozy. Au Parlement européen, il siège dans le groupe PPE.
Source


Filiz HYUSMENOVA (ALDE)

Née en 1966, elle fut députée à l’Assemblée nationale de la République de Bulgarie entre 2005 et 2007. Elle est membre du Parlement européen depuis 2007, en tant que représentante du Movement for Rights and Freedom en Bulgarie et membre du groupe ALDE.
Source

 

 

 

 


Sophie IN’T VELD (ALDE)

Née en 1963, membre du parti Democraten 66, elle est membre du groupe ALDE depuis 2004.
Source

 

 

 

 

 


Iliana IOTOVA (S&D)

Membre du Parti Socialiste Bulgare, née en 1964, elle est eurodéputée dans le groupe des S&D depuis 2007. Elle a été élue vice-présidente de la Commission LIBE pour la huitième législature.
Source

 

 

 

 


Eva JOLY (Les Verts/ALE)

Membre du parti écologiste français Europe Ecologie, cette magistrate est devenu réellement connu lorsqu’elle a instruit les affaires juridiques concernant Bernard Tapie et les groupe Elf.
Née en 1943, elle fut candidate à l’élection présidentielle de 2012. Elle est eurodéputée depuis 2009 dans le groupe Les Verts/ALE.
Source

 

 

 


Sylvia-Yvonne KAUFMANN (S&D)

Membre du Parti socialiste allemand, elle est membre du Parlement depuis 1999 dans le groupe S&D.
Source

 

 

 

 

 


Timothy KIRKHOPE (ECR)

Membre du parti conservateur anglo-saxon, Timothy Kirkhope, né en 1945, est député depuis 1999 dans le groupe ECR.
Source

 

 

 

 

 


Barbara KUDRYCKA (PPE)

Ancienne membre du syndicat Solidarité, cette eurodéputée du PPE fait partie de la Plateforme Civique (PO). Elle a été Ministre de la Science et de l’Enseignement supérieur entre 2007 et 2013. Elle est vice-présidente de la Commission LIBE pour la période 2014-2019.
Source

 

 

 

 


Kashetu KYENGE (S&D)

Née en 1964, membre du Partito Democratico, cette eurodéputée italienne fut Ministre de l’Intégration en Italie, ce qui lui a causé d’être sous le feu de nombreux propos racistes et sexistes, en raison de ses origines congolaises. Elle est membre du S&D.
Source

 

 

 

 


Marju LAURISTIN (S&D)

Estonienne, vice présidente de l’Alliance progressiste des Socialistes et démocrates au Parlement européen, née en 1940, membre fondateur du Rahvarinne (coalition de gauche) au sortir de l’URSS, elle rejoint le Riigikogu (Parlement monocaméral d’Estonie) au début des années 1990, avant de devenir ministre des Affaires sociales en 1992. Professeur en sciences sociales, elle est spécialisée dans les changements culturels de la société estonienne.
Source

 

 


Juan Fernando LOPEZ AGUILAR (S&D)

Socialiste espagnol, né en 1961, il est membre du PSOE. Elu en 2009, il est président de la Commission LIBE depuis. Juriste, il a été Ministre de la justice du Gouvernement Zapatero en 2004. Il est membre du groupe S&D.
Source

 

 

 

 


Monica Luisa MACOVEI (PPE)

Membre du PPE, et du parti roumain, Partidul Democrat-Liberal (centre-droit chrétiendémocrate libéral), elle est née en 1959. Juriste et avocate, spécialiste des droits de l’homme(certains la qualifient de « vedette des droits de l’homme en Roumanie ») , elle a été ministre de la justice du gouvernement roumain (2004-2007), avec pour principal dossier la lutte contre la corruption. Elle a occupé divers postes au sein d’institutions internationales en faveur des droits de l’homme (lutte contre la corruption, formations dans le domaine de la justice) et pour réformer les systèmes judiciaires bosniens et kosovars. Ayant reçu le prix 2012 du député européen dans le domaine de la justice et des libertés civiles (aucune référence à ce prix n’a été trouvé sur internet), elle aurait été élue femme de l’année au Parlement européen en 2008 (idem). Élue en 2009, elle est réélue en 2014.
Source


Vicky MAEIJER (NI)

Non inscrite, elle est membre du parti hollandais Partij voor de Vrijheid (parti pour la liberté, nationaliste dont le chef est Geert Wilders), elle est née en 1986 et est élue pour la première fois en 2014.
Source

 

 

 

 


Barbara MATERA (PPE)

Rattachée au PPE, elle est membre de Forza Italia. Née en 1981, elle a été speakerine à la Rai uno, avant d’être élue en 2009 et en 2014. Elle a une maîtrise en sciences de l’éducation et de la formation.
Source

 

 

 

 


Roberta METSOLA (PPE)

Rattachée au groupe du Parti Populaire Européen (Démocrates-Chrétiens), elle appartient au Partit Nazzjonalista (Parti nationaliste, centre-droit pro-européen) maltais. Née en 1979, elle est Docteur en droit, ancienne conseillère juridique au SEAE entre 2012 et 2013, date à laquelle elle remplace un député maltais.
Source

 

 

 


Louis MICHEL (ALDE)

Membre de l’ALDE, il appartient au Mouvement réformateur Belge (francophones, droite et centre-droit). Né en 1947, il est enseignant d’anglais, d’allemand et de néerlandais. Elu au Parlement Belge en 1978, puis sénateur à partir de 1999 et il est Vice premier ministre, ministre des affaires étrangères et ministre des réformes institutionnelles entre 1999 et 2004, avant de devenir commissaire européen au Développement et à l’Aide humanitaire dans la Commission Barroso, puis député européen en 2009 (réélu en 2014). En 2014, il est accusé de ne pas respecter le code de conduite du PE en ayant déposé des amendements en son nom en faveur de lobbies des télécoms. Il a nié avoir eu connaissance de ces amendements.
Source


Claude MORAES (S&D)

Membre de l’Alliance progressiste des socialistes et démocrates, il appartient Labour Party au Royaume-Uni. Né en 1965, il obtient une maîtrise de droit et s’engage pour l’intégration et l’égalité des migrants. Coordonnateur entre 2009 et 2014 du Groupe S&D au sein de la commission LIBE, il a été rapporteur du Comité d’enquête sur la surveillance électronique de masse de citoyens de l’UE du PE.
Pour la législature actuelle, il est Président de la Commission LIBE.
Source

 

 


Alessandra MUSSOLINI (PPE)

Membre du parti italien Forza Italia, elle a été députée en Italie au début des années 1990 et 2000.Née en 1962,  elle fut également eurodéputée en 2004.
Source

 

 

 

 


József NAGY (PPE)

Rattaché au groupe du Parti Populaire Européen (Démocrates-Chrétiens), il appartient au parti slovaque MOST – HÍD (social-libéral qui défend le dialogue entre les populations slovaques et magyares de Slovaquie). Il est né en 1968. Il a été député au Conseil national de la République slovaque en 2010, puis ministre de l’environnement jusque 2012, avant d’être élu au Parlement européen en 2014.
Source

 

 


Péter NIEDERMÜLLER (S&D)

Appartenant au Groupe de l’Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates au Parlement européen dont il est Trésorier, il est membre du parti hongrois Demokratikus Koalíció (centre-gauche). Né en 1952, il est élu en 2014 au Parlement européen.
Source

 

 

 

 


Soraya POST (S&D)

Groupe de l’Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates au Parlement européen, Suède Feministiskt initiativ, Née en 1956 d’un père juif allemand et d’une mère Rom, elle est la Première féministe élue au Parlement, et la première Rom suédoise élue.
Source

 

 

 

 


Judith SARGENTINI (Les Verts/ALE)

Membre de Les Verts/Alliance libre européenne, elle est rattachée au mouvement hollandais GroenLinks Elle est née en 1974. Négociatrice dans le processus de Kimberley, son engagement pour l’écologie, pour les droits de l’Homme —notamment en Afrique— et l’Europe (membre du conseil d’administration de la Fédération européenne des syndicts étudiants) est ancien. Élue pour la première fois en 2009, elle est réélue en 2014. Elle a été élue « Fair Politician » de l’année 2012-2013 par la Fondation Max Van der Stoel en faveur des pays émergents.
Source

 


Birgit SIPPEL (S&D)

Membre du groupe de l’Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates au Parlement européen, elle appartient au Sozialdemokratische Partei Deutschlands (SPD) allemand. Née le en 1960, elle a été élue en 2009 et 2014.
Source

 

 

 

 


Branislav ŠKRIPEK (ECR)

Il est membre du bureau du groupe des Conservateurs et Réformistes européens et du parti slovaque OBYČAJNÍ ĽUDIA (parti des gens ordinaires et personnalités indépendantes, conservateur). Né le 30 août 1970, il a été élu eurodéputé pour la première fois en 2014.
Source

 

 

 

 


Csaba SÓGOR (PPE)

Appartenant au groupe du Parti Populaire Européen (Démocrates-Chrétiens), il est membre du Uniunea Democrată Maghiară din România roumain (parti représentant la minorité magyar) et actif en faveur de la minorité hongroise. Né en 1964, il a fait des études de théologie, puis a été pasteur de l’Eglise réformée de Roumanie. Sénateur de 2000 à 2007, il a démissionné pour rejoindre le Parlement européen en 2007 (il est réélu en 2014) et y porter les aspirations linguistiques et autonomistes de la minorité hongroise.
Source

 


Helga STEVENS (ECR)

Appartenant au groupe des Conservateurs et Réformistes européens, elle appartient au parti belge Nieuw-Vlaamse Alliantie (indépendantistes flamands, droite libérale). Née en 1968, elle est sourde, et choisit de défendre leur cause au sein de l’Union européenne des sourds. Députée du parlement flamand en 2004 au sein de l’Alliance néo-flamande, puis sénatrice en 2007, elle est élue au Parlement européen en 2014.
Source

 

 


Beatrix von STORCH (ECR)

Membre du groupe des Conservateurs et Réformistes européens, elle appartient au parti allemand Alternative für Deutschland (parti eurosceptique lancé en 2013, anti-euro). Née en 1971, elle est élue pour la première fois en 2014 au Parlement européen. Elle appelle à la fin de la surveillance massive des citoyens et au droit de veto des Etats dans les décisions de l’Union car elle estime que si la majorité d’un Etat refuse un texte, il ne peut être adopté. Pour simplifier le processus décisionnel européen, elle recommande une langue commune qui pourrait être l’anglais ou le latin.
Source

 


Valdemar TOMAŠEVSKI (ECR)

Membre du groupe des Conservateurs et Réformistes européens, et du parti lituanien Lietuvos lenkų rinkimų akcija (Action électorale des Polonais de Lituanie —qu’il préside—, parti représentant les polonais de Lituanie). Né en 1965, membre de la minorité polonaise, il est ingénieur. Il est élu en 2009 au Parlement européen et réélu en 2014. Candidat à la présidentielle Lituanienne, il obtient 8,4% des voix. Il est contesté après ses propos homophobes, décrivant l’homosexualité comme un « enfer » duquel les enfants devraient être protégés. Il appelle également à limiter davantage l’avortement, lequel est un concept « inventé par les bolchéviques ».
Source


Traian UNGUREANU (PPE)

Membre du groupe du Parti Populaire Européen (Démocrates-Chrétiens), il appartient au Partidul Democrat-Liberal (centre-droit, chrétien-démocrate et libéral). Né en 1958, ancien journaliste, il est élu pour la première fois en 2009, puis réélu en 2014. Ses propose virulents sur l’islam à l’occasion de la polémique sur les caricatures danoises de Mahomet ont fait réagir.
Source

 

 


Marie-Christine VERGIAT (GUE/GVN)

Membre du groupe confédéral de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique, elle appartient au Front de Gauche français. Née en 1956, elle est juriste, engagée auprès de l’UNEF et du PS dans les années 1980. Elle est élue au Parlement européen en 2009 sur une liste Front de gauche, et réélue en 2014.
Source

 

 

 


Harald VILIMSKY (NI)

Secrétaire du parti d’extrême-droite autrichien FPÖ depuis 2006, cet eurodéputé n’appartient à aucun groupe politique européen. C’est son premier mandat européen, qui l’amène à quitter son poste de député autrichien qu’il occupait depuis 2006.
Source

 

 

 

 


Udo VOIGT (NI)

Fils d’un ancien officier de la Wehrmacht, Udo Voigt est engagé au sein du parti néo-nazi allemand depuis 1968, dont il a assuré la présidence de 1996 à 2001. Né en 1952, cet homme politique est connu pour ses propos polémiques : en 2004, il a déclaré qu’Hitler était « un grand homme d’Etat ». Son discours tend à être négationniste quand on vient au génocide perpétré pendant la Seconde Guerre mondiale. En 2006, il a également déclaré lors de la coupe du Monde de Football que les footballeurs « qui ne sont pas blancs de peau sont indignes de représenter » l’équipe nationale allemande, en visant particulièrement le joueur Patrick Owomoyela dans ses propos. Il ne fait partie d’aucun groupe au Parlement européen.
Source


Josef WEIDENHOLZER (S&D)

Membre du parti socialiste autrichien, né en 1950, c’est un professeur d’université émérite spécialisée dans l’étude comparée des Etats-providence. Il est très engagé sur le problème de l’exclusion. Il est eurodéputé depuis 2011, en tant que membre du S&D.
Source

 

 

 

 


Cecilia WIKSTRÖM (ALDE)

Membre du groupe Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe et du Folkpartiet liberalerna suédois (social libéral). Née en 1965, elle est prêtre au sein de l’Église suédoise.
Elle est députée au Parlement suédois entre 2002 et 2007, puis élue au Parlement européen en 2009, et de nouveau en 2014.

 

 

 

 


Kristina WINBERG (ELDD)

Appartenant au groupe Europe libertés et démocratie directe, elle est membre du Sverigedemokraterna (démocrates suédois, anti-immigrationniste et patriotique qui se qualifie de « national-démocrate centriste »). Née en 1965, elle est élue pour la première fois en 2014.
Source

 

 

 

 


Tomáš ZDECHOVSKÝ (PPE)

Membre du groupe du Parti Populaire Européen (Démocrates-Chrétiens), et du parti tchèque Křesťanská a demokratická unie – Československá strana lidová démocrateschrétiens), il est né en 1979 et est élu pour la première fois en 2014.
Source

Laisser un commentaire

Fermer le menu