Terrorism in Europe : countering terrorism on social media

Terrorism in Europe : countering terrorism on social media

[FRENCH BELOW] [VERSION FRANÇAISE PLUS BAS]

Terrorism is considered as one of the current biggest threats to security in the European Union. Since the 9/11 attacks, and then all the terrorist actions that happened across Europe, Member States had to take terrorism and extremist violences very seriously. They implemented various policies, and created institutions or agencies to combat this type of crime, but the results are mixed. Indeed, according to the last Europol Trend report, in 2019, a total of 119 completed, failed or foiled attacks were reported on EU territory. National authorities mainly succeeded in foiling attacks perpetrated by jihadist or right wing groups (more than the double of completed and failed attacks). But left wing, anarchist, ethno-nationalist and separatist attacks were completed in their vast majority.[1] As this type of groups operates in few States with specific territory issues,[2] they will be excluded from the analysis presented in this article.

Thus, States do pretty well to stop individuals suspected of terrorist offences : they reported 1004 arrests in 2019.[3] However, arresting and prosecuting suspects is not enough to fight terrorism, it needs to find and understand the roots of radicalisation. In terms of public policies, prevention measures could mean studying the past of terrorists to compare social and economical environment, education, place of living etc… Concerning counterterrorism means, it starts with combating propaganda and radicalisation on social media. Terrorist attacks by themselves are often anchored in an area, a territory or a state. But all the upstream logistics, such as the recruitment, the financing or the organisation of operations, usually possesses a transnational character. In this case, it is sometimes hard to know which State has the responsibility or the competence to prevent these acts. That is why the role of the European Union in counterterrorism should be preponderant.

EU implication in counterterrorism 

The current European common legal framework relies mainly on the EU Directive 2017/541, which defines terrorist offenses as:

“certain intentional acts which, given their nature or context, may seriously damage a country or an international organisation when committed with the aim of : seriously intimidating a population; unduly compelling a government or international organisation to perform or abstain from performing any act; or seriously destabilising or destroying the fundamental political, constitutional, economic or social structures of a country or an international organisation.”[4]

This directive gives common and shared directions, but legislation on terrorism varies from a Member State to another. Moreover, there is no universal definition of terrorism, as some act of violence in one country could be regarded as necessary and legitimate in another. Most definitions share some key words, such as violence, creating fear, targeting of non combatants, loss of civilian lives.[5] Terrorism is generally considered as a set of violent acts employed mainly by extremists.[6] In its articles 5 and 6, the Directive 2017/541 also definies public incitement to commit a terrorist act and recruitment for the purpose of terrorism as offences. These infractions are the main terrorist activities related to social media.

          Why is that important to insist on online terrorist activities? The last decade witnessed a sharp increase in the use of social media in the world. This type of media provides social connections on a global scale, as they gather billions of users. Indeed, Facebook reported 2.45 billion monthly active users in 2019, Twitter 330 million and Instagram 1 billion.[7] These platforms allow users to share a large variety of content, and terrorist groups are very effective in their use. For instance, they released recordings of executions, advertisement for recruitment, and even some recent attacks have been livestreamed in order to get the most views and publicity possible.[8] The misuse of online platforms will be detailed and discussed further.

          Because of the increasing threat of the use of social media by terrorist groups, the European Commission has made a priority of fighting terrorist content online in the 2015 European Agenda on Security. As “citizens and Member States expect the EU’s support in fighting terrorism and radicalisation and facilitating coordination and cooperation between relevant authorities”,[9] the Commission announced the launch of the European Counter-Terrorism Center (ECTC), under Europol agency, to gather anti-terrorism law enforcement capabilities, and maximise the use of already existing structures. It also decided to put the future Internet Referral Unit (EU IRU) under ECTC command. Finally, it presented the EU-level Forum, which will bring “IT companies together with law enforcement authorities and civil society, to deploy the best tools to counter terrorist propaganda on the internet and in social media.”[10]

With the synopsis of the Agenda’s part about preventing radicalisation, one can already notice one of the biggest limits of EU counter-terrorism policy, which is the multiplication of agencies, institutions, platforms, forums etc… Because here are presented some of the Commission initiatives, but other EU institutions, such as the Council of the European Union, also engaged some. Of course they want to achieve similar objectives, and they try to make these instruments work together, but it is usually hard to understand their different competences and the hierarchisation between them (if there is).[11] As the aim of this article is not to detail each agency / institution, a table resuming their role can be found below.

Furthermore, European measures and mechanisms seem often elaborated in great haste, they lack uniformity and coherence because they are crisis-driven.[12] Indeed, they quickly answered major terrorist attacks, so they appear to rely on emotional needs to ward off fear, rather than on research about the roots of such phenomena. However, a lot is done trying to tackle terrorism online.

Terrorist abuse of the social media and counter-terrorism response

Terrorist and extremist groups gain multiple benefits from online tools and platforms. They can very easily spread propaganda contents, such as videos, manifestos or statements encouraging people to use violence. The Internet also facilitates recruitments, and all communication related activities. When acts are perpetrated, social networks allow terrorist and extremist groups to draw attention from all over the world, hence to get efficient publicity.[13] Online tools also ease financing and the perpetration of other criminal activities.    

The first violent actions that brought terrorism on television was the hostage taking during the 1972 Munich Olympics. Bin Laden used to give interviews on TV, whereas Abu Musab al Zarqawi, the founder of Al Qaeda in Iraq (now called ISIS), published about the group’s attacks by spreading manifestos, pictures and videos via text messages, emails or on social media. After his death, IS continued to, and even prospered in using such networks for years.[14] Jihadist groups are generally quite efficient because they use the same proven practices and methods as advertisers. Their highly organised social media campaigns demonstrate their understanding of such networks’ functioning.[15] As many organisations and companies, terror groups use social media to advertise and get customer loyalty. They own thousands of user accounts on Facebook, or Twitter, monitored by groups’ members or sympathisers. They support their ideology and they attempt to attract people in joining or supporting it as well. Furthermore, by broadcasting videos of bombing and executions, among other contents, they normalise and glorify violence.[16] Right wing extremists are less organised, but they were early users of NICTs (New Information and Communication Technologies).

One of the main measures possible to fight propaganda online is the removal of the content. The problem is the amount of data to manage it represents. According to Europol’s website, the EU IRU has assessed in total 42066 pieces of content since it was set up, which triggered 40714 decisions for referral across over 80 platforms in more than 10 languages. Once European agencies, such as the IRU, send decisions for referrals to hosting service providers,[17] they are supposed to remove them. Referral represents only a small portion of the removed content. Some companies did not wait for European instruments to be implemented and took proactive measures. For instance, Twitter suspended over 1.2 million accounts between August 2015 and December 2017, and Facebook acted on 1.9 million pieces of content in the first quarter of 2018.[18] It shows that, when managing the issue of terrorism on social media, cooperation between Member states is not enough. The consent, and even more the help from private companies owning the platforms is necessary.[19] Indeed, even if they are legally binding by the law of the State in which they are established, they decide if a content is appropriate or not, according to their general conditions.

It took some time for some of these platforms to act upon terrorist content, and they are still under some criticism. On the one hand, in terms of absolute numbers, it cannot be denied their efficiency, especially compared to European instruments. For example, in 2016, Twitter brought down 124 000 user accounts linked to ISIL DAESH or found spreading propaganda.[20] However, it does not take into account their means, often much more extensive than EU agencies’ ones. On the other hand, right wing extremism continued to enjoy much greater freedom than jihadist groups to act on major social media platforms, which remain important vectors for their expansion. They use a large variety of platforms including websites, online discussion forums and pseudo-news sites, to disseminate their ideology. Some constitute online safe bases for right-wing extremist movements and are even used to design campaigns. These campaigns are then launched onto mainstream platforms in order to insert right-wing extremist narratives into popular culture.[21] Also, new jihadist accounts are quickly created and continuously posting quality video advertisement and pictures convincing jihad is a worthy cause.

According to a EU Parliament study on terrorist content online, voluntary measures adopted by hosting service providers are not enough to counter the continuous flow of terrorist content. Furthermore, they have to face a complex legal framework at Member State level, which can be different from a State to another. In order to overcome the multifaceted security challenges such content represent, the Commission adopted a proposal for a regulation preventing the dissemination of terrorist content online in September 2018, first-read by the Parliament in April 2019. The proposal aims at enhancing such counter-terrorism actions with mandatory legal frameworks applicable to all industry stakeholders. It contains stricter requirements of removal, both in terms of terrorist content definition and deadline, but also the obligation for States to create effective judicial remedies and complaint mechanisms for providers.[22] Apart from  the efficiency of the proposal, the project  raised multiple concerns about free speech rights, and the eternal debate between protection of individual liberties and (trans)national security.

          Propaganda’s purpose is to radicalise and brainwash as many people as possible, in order to recruit them as foreign fighters. The latter are sent to training camps, and some are asked to come back to their country, to radicalize more people or carry out terrorist attacks. Some social media platforms furnish encrypted messaging applications, which are one of the safest ways for terrorist groups to communicate. Indeed, it is really hard for law enforcement authorities to find and decrypt such conversation. These applications are useful to exchange delicate information between recruiters and foreign fighters, such as brochures detailing the journey to ISIL/DAESH territory, logistics, or even instructions for attackers, about the supply of ammunition and explosives, and so on. Finally, social media allow extremist groups to get attention from the world. Before the Internet, they mainly relied on television, but they were not in charge of the discourse. After their violent actions, they want their intentions to be transmitted to a wide audience, which can be done through social media, with full control over their message.[23]

Consequences of the abuse IRL[24]

Online terrorism leads to various consequences for society, States, populations, and of course radicalised individuals. In recent years, some attacks have been perpetrated with an online component, namely livestreamed terror attacks, such as the Christchurch attack in New Zealand (2019), or the Halle attack in Germany (2019). These ones were Lone Actor Extremist Events, i.e. terrorist attacks carried out by individuals acting alone. Such events have been a growing source of concern, notably in Western countries because even if they remain rare occurrences, they constitute a particular challenge for law enforcement and intelligence agencies.

Both jihadist and right wing extremists incite individuals to perpetrate acts autonomously. They based their rhetoric on the concept of leaderless resistance, according to which violent acts perpetrated by individuals serve to instigate the anticipated “[race or religion] war”. These perpetrators are then celebrated by their transnational community as saints or martyrs, which can incite others to act.[25] As a matter of fact, lone operators, or “lone wolves”, are the most dangerous extremists, as group activities, involving multiple suspects, are easier to thwart than those of someone alone and self-radicalised. Some studies have been conducted on this subject to understand better such phenomenon, such as the PRIME project,[26] partly financed by the European union. It was led by Dr. Noemie Bouhana, and the following information about lone actors is based on the PRIME work. That being said, it should be noted that lone actors are not socially isolated, since most of them appeared to have contacts with clearly radical, extremist, or terrorist individuals. They found in online communities both ideological material and violent role models as sources of encouragement or justification for the use of violence. They draw inspiration from a wider radical environment of which they were part, but they are alone when they decide to carry out terrorist actions, and they are mainly alone in the preparation.[27] Their unpredictability makes them hard to target and identify for law enforcement authorities and European agencies.

As said before, the use of social media and various online platforms to spread terrorist content, glorify and give incentive to commit terrorist acts, is defined as a terrorist offence by the Directive 2017/541, and therefore in national legislations. Once national authorities, supported by Europol and Eurojust, arrest suspects, they are prosecuted and then, sometimes, convicted or acquitted. In this specific field, Eurojust is particularly useful, as it helps law enforcement and judicial departments to undertake investigations and build solid prosecution cases. Because of the cross-border character of terrorist offences, it is very important to identify possible connections with other investigations, in order to avoid conflicts of jurisdiction or parallel proceedings, which could lead to incomplete procedure, hence acquittals. Specific online related offences have been addressed by national courts, and these cases are reported by Europol and Eurojust. It should be noted that, in 2019, for example, offenders have been sentenced to prison, for a ranging from one year to six years and six months, for public incitement to provocation and glorification of terrorism.[28]

The European Union engaged various measures to fight terrorism. Among others, it implemented specific instruments to thwart online terrorist propaganda content, and its consequences. However, European counter-terrorism strategy seems to be confined to its role of supervising cooperation between Member States. The involvement of Europol and Eurojust in tackling terrorism online is useful and even necessary, but they lack competences and means to be as efficent as national authorities and private companies owning the targetted platforms.


[1] Europol, European Union Terrorism Situation and Trend report (TE-SAT) 2020, pp. 9-32.

Available online : https://www.europol.europa.eu/activities-services/main-reports/european-union-terrorism-situation-and-trend-report-te-sat-2020

[2] It should be noted that these specific attacks were perpetrated only in Italy, Spain, Greece and the UK, whereas jihasdist groups are widespread all over Europe.

[3] Idem note 1.

[4] Directive (EU) 2017/541 of the European Parliament and of the Council of 15 March 2017 on combating terrorism and replacing Council Framework Decision 2002/475/JHA and amending Council Decision 2005/671/JHA, article 3.

[5] Haitham Abdelsamad, “Terrorism and counterterrorism in the EU”, DOC Research Institute, 22 Aug, 2018, pp. 1-15. Available online : https://doc-research.org/2018/08/counterterrorism/

[6] Idem note 1.

[7] According to the website Agence des médias sociaux, in its articles “Facebook en chiffres édition 2020”, 10 January 2020; “Twitter en chiffres édition 2020”, 9 January 2020; and “Instagram en chiffres édition 2020”, 8 January 2020. [Consulted on the 5th of October 2020, on https://www.agencedesmediassociaux.com/ ]

[8] Erdal OZKAYA, “The Use of Social Media for Terrorism”, Defence Against Terrorism Review, Vol. 9, 2017, pp. 48-49.

[9] European Commission, The European Agenda on Security, 28 April, 2015, p.13. Available online : https://ec.europa.eu/home-affairs/sites/homeaffairs/files/e-library/documents/basic-documents/docs/eu_agenda_on_security_en.pdf

[10] Idem

[11] Haitham Abdelsamad, “Terrorism and counterterrorism in the EU”, DOC Research Institute, 22 Aug, 2018, pp. 24-27.

[12] Idem

[13] Erdal OZKAYA, “The Use of Social Media for Terrorism”, Defence Against Terrorism Review, Vol. 9, 2017, pp. 49-53.

[14] Max Boot, “Why social media and terrorism make a perfect fit”, The Washington Post, March 16, 2019.

[15] J.M. Berger, “The Evolution of Terrorist Propaganda : The Paris Attack and Social Media”, Brookings, January 27, 2015.

[16] Erdal OZKAYA, “The Use of Social Media for Terrorism”, Defence Against Terrorism Review, Vol. 9, 2017, pp. 49-53.

[17] “A hosting service provider (HSP) is a type of IT service provider that provisions and serves a pool of remote, Internet-based IT resources to individuals and organizations for hosting their websites.”, definition by Technopedia : https://www.techopedia.com/definition/137/hosting-services-provider-hsp

[18] European Parliament Research Service (François Théron), “Terrorist content online – Tackling online terrorist propaganda”, Briefing – EU Legislation in Progress, March 2020, p.2.

Available online: https://www.europarl.europa.eu/RegData/etudes/BRIE/2020/649326/EPRS_BRI(2020)649326_EN.pdf

[19] Europol, Internet Organised Crime Threat Assessment (IOCTA) 2019, p. 11. Available online : https://www.europol.europa.eu/activities-services/main-reports/internet-organised-crime-threat-assessment

[20] Idem note 16.

[21] Europol, European Union Terrorism Situation and Trend report (TE-SAT) 2020, pp. 22-24.

[22] European Parliament Research Service (François Théron), “Terrorist content online – Tackling online terrorist propaganda”, Briefing – EU Legislation in Progress, March 2020, pp. 1-5.

[23] Erdal OZKAYA, “The Use of Social Media for Terrorism”, Defence Against Terrorism Review, Vol. 9, 2017, pp. 49-53.

[24] Abbreviation for « In Real Life. » Often used in internet chat rooms to let people you are talking about something in the real world and not in the internet world.

[25] Europol, European Union Terrorism Situation and Trend report (TE-SAT) 2020, pp. 19-24.

[26] To learn more about the PRIME project and its results and reports, a link is available here : https://cordis.europa.eu/project/id/608354

[27] Schuurman, B.W., Bakker, E., Gill, P. and N. Bouhana, « Lone Actor Terrorist Attack Planning and Preparation: A Data-Driven Analysis. » Journal of Forensic Sciences, Vol. 63, Issue 4, July 2018, pp. 1191-1200.

[28]  Europol, European Union Terrorism Situation and Trend report (TE-SAT) 2020, p.29.

Terrorisme en Europe : contrer le terrorisme sur les réseaux sociaux

Le terrorisme est considéré comme l’une des plus grandes menaces à la sécurité de l’Union européenne. Depuis les attentats du 11 septembre 2001, puis toutes les actions terroristes qui se sont produites à travers l’Europe, les États membres ont dû prendre très au sérieux le terrorisme et les violences extrémistes. Ils ont mis en œuvre diverses politiques et créé des institutions ou des agences pour lutter contre ce type de criminalité, mais les résultats sont mitigés. En effet, selon le dernier rapport d’Europol sur les tendances générales du terrorisme, en 2019, un total de 119 attaques achevées, échouées ou déjouées ont été signalées sur le territoire de l’UE. Les autorités nationales ont surtout réussi à déjouer les attaques perpétrées par des groupes djihadistes ou d’extrême droite (plus du double des attaques achevées et ratées). Mais les attaques de groupes de gauche, d’anarchistes, d’ethno-nationalistes et de séparatistes ont été menées à bien dans leur grande majorité.[1] Étant donné que ce type de groupes opère dans quelques États ayant des problèmes de territoire spécifiques,[2] ils seront exclus de l’analyse présentée dans cet article.

Ainsi, les États s’en sortent plutôt bien pour arrêter les individus soupçonnés d’infractions terroristes : ils ont signalé 1004 arrestations en 2019.[3] Cependant, arrêter et poursuivre des suspects ne suffit pas pour lutter contre le terrorisme, il faut trouver et comprendre les racines de la radicalisation. En termes de politiques publiques, les mesures de prévention pourraient signifier étudier le passé des terroristes pour comparer leur environnement social et économique, leur éducation, lieu de vie, etc… Concernant les moyens de lutte contre le terrorisme, cela commence par combattre la propagande et la radicalisation sur les médias sociaux. Les attaques terroristes en elles-mêmes sont souvent ancrées dans une zone, un territoire ou un État. Mais toute la logistique en amont, comme le recrutement, le financement ou l’organisation des opérations, revêt généralement un caractère transnational. Dans ce cas, il est parfois difficile de savoir quel État a la responsabilité ou la compétence de prévenir ces actes. C’est pourquoi le rôle de l’Union européenne dans la lutte contre le terrorisme devrait être prépondérant.

Implication de L’UE dans la lutte contre le terrorisme 

Le cadre juridique européen commun actuel repose principalement sur la Directive européenne 2017/541, qui définit les infractions terroristes comme:

« certains actes intentionnels qui, par leur nature ou leur contexte, peuvent porter gravement atteinte à un pays ou à une organisation internationale lorsqu’ils sont commis dans le but de : gravement intimider une population; contraindre indûment des pouvoirs publics ou une organisation internationale à accomplir ou à s’abstenir d’accomplir un acte quelconque; gravement déstabiliser ou détruire les structures politiques, constitutionnelles, économiques ou sociales fondamentales d’un pays ou d’une organisation internationale.”[4]

Cette directive donne des orientations communes, mais la législation sur le terrorisme varie d’un État membre à l’autre. En outre, il n’existe pas de définition universelle du terrorisme, certains actes de violence dans un pays pouvant être considérés comme nécessaires et légitimes dans un autre. La plupart des définitions partagent certains mots clés, tels que la violence, créer de la peur, le ciblage des non-combattants, la perte de vies civiles.[5] Le terrorisme est généralement considéré comme un ensemble d’actes de violence commis principalement par des extrémistes.[6] Dans ses articles 5 et 6, la Directive 2017/541 définit également comme infractions l’incitation publique à commettre un acte terroriste et le recrutement à des fins terroristes. Ces infractions sont les principales activités terroristes liées aux réseaux sociaux.

          Pourquoi est-ce important d’insister sur les activités terroristes en ligne? La dernière décennie a été témoin d’une forte augmentation de l’utilisation des réseaux sociaux dans le monde. Ce type de médias fournit des connexions sociales à l’échelle mondiale, puisqu’ils rassemblent des milliards d’utilisateurs. Facebook a en effet enregistré 2,45 milliards d’utilisateurs actifs mensuels en 2019, Twitter 330 millions et Instagram 1 milliard.[7] Ces plateformes permettent aux utilisateurs de partager une grande variété de contenu, et les groupes terroristes sont très efficaces dans leur utilisation. Par exemple, ils ont pu publier des enregistrements d’exécutions, des publicités pour le recrutement, et même certaines attaques récentes ont été diffusées en direct afin d’obtenir le plus de vues et de publicité possible.[8] L’utilisation abusive des plateformes en ligne sera détaillée et discutée plus loin.

          En raison de la menace croissante que représente l’utilisation des réseaux sociaux par les groupes terroristes, la Commission européenne a fait de la lutte contre les contenus terroristes en ligne une priorité dans l’Agenda européen de 2015 sur la sécurité. Puisque « les citoyens et les États membres comptent sur l’UE pour lutter contre le terrorisme et la radicalisation et pour faciliter la coordination et la coopération entre les autorités compétentes »,[9] la Commission a annoncé le lancement du Centre Européen de lutte contre le terrorisme (the European Counter-Terrorism Center, ECTC), sous l’égide de l’agence Europol, pour rassembler les capacités des forces de l’ordre antiterroristes, et maximiser l’utilisation des structures déjà existantes. Elle a également décidé de placer la future unité de signalement des contenus sur Internet (Internet Referral Unit, EU IRU) sous le commandement de l’ECTC. Enfin, elle a présenté le lancement d’un forum européen « avec le secteur informatique afin d’unir ses efforts à ceux des services répressifs et de la société civile [et qui s’attachera] au déploiement des meilleurs outils de lutte contre la propagande terroriste sur l’internet et dans les médias sociaux.”[10]

Avec ce rapide résumé de la partie du programme sur la prévention de la radicalisation, on peut déjà remarquer l’une des plus grandes limites de la politique antiterroriste de l’UE, à savoir la multiplication des agences, institutions, plateformes, forums, etc… En effet, ici sont présentées certaines des initiatives de la Commission, mais d’autres institutions de l’UE, comme par exemple le Conseil de l’Union européenne, en ont également engagées. Bien sûr, ils veulent atteindre des objectifs similaires, et ils essaient de faire fonctionner ces instruments ensemble, mais il est généralement difficile de comprendre les différences de leurs compétences et la hiérarchisation entre eux (s’il y en a une).[11] Comme le but de cet article n’est pas de détailler chaque agence ou institution, un tableau reprenant leur rôle se trouve ci-dessous.

En outre, les mesures et mécanismes européens semblent souvent élaborés dans la précipitation, ils manquent d’uniformité et de cohérence parce qu’ils suivent des situations de crise.[12] En effet, ils ont rapidement répondu aux attaques terroristes majeures, de sorte qu’ils semblent reposer sur le besoin émotionnel de conjurer la peur, plutôt que sur des recherches sur les racines de tels phénomènes. Cependant, beaucoup est fait pour essayer de lutter contre le terrorisme en ligne.

Abus terroriste des médias sociaux et riposte antiterroriste

Les groupes terroristes et extrémistes bénéficient de multiples avantages de l’utilisation des outils et des plateformes en ligne. Ils peuvent très facilement diffuser des contenus de propagande, tels que des vidéos, des manifestes ou des déclarations encourageant les gens à recourir à la violence. Internet facilite également les recrutements et toutes les activités liées à la communication. Lorsque des actes sont perpétrés, les réseaux sociaux permettent aux groupes terroristes et extrémistes d’attirer l’attention du monde entier, donc d’obtenir une publicité efficace.[13] Les outils en ligne facilitent également le financement et la perpétration d’autres activités criminelles.          

La première action violente qui a amené le terrorisme à la télévision a été la prise d’otages lors des Jeux Olympiques de Munich en 1972. Ben Laden avait l’habitude de donner des interviews à la télévision, tandis qu’Abu Musab al Zarqawi, le fondateur d’Al-Qaïda en Irak (maintenant appelé l’État islamique en Irak et au Levant), publiait sur les attaques du groupe en diffusant des manifestes, des photos et des vidéos par SMS, e-mails ou sur les médias sociaux. Après sa mort, l’EI a continué à utiliser de tels réseaux et y a même prospéré pendant des années.[14] Les groupes djihadistes sont généralement assez efficaces car ils utilisent les mêmes pratiques et méthodes éprouvées que les annonceurs. Leurs campagnes très organisées sur les médias sociaux démontrent une excellente compréhension de leur fonctionnement.[15] Comme de nombreuses organisations et entreprises, les groupes terroristes utilisent les médias sociaux pour faire de la publicité et fidéliser leurs clients. Ils possèdent des milliers de comptes d’utilisateurs sur Facebook, ou Twitter, gérés par les membres ou sympathisants des groupes. Ils soutiennent leur idéologie et tentent d’attirer les gens pour la rejoindre ou la soutenir. En outre, en diffusant des vidéos de bombardements et d’exécutions, entre autres contenus, ils normalisent et glorifient la violence.[16] Les extrémistes de droite sont moins organisés, mais ils ont été des utilisateurs précoces des NTIC (nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication).

L’une des principales mesures possibles pour lutter contre la propagande en ligne est la suppression du contenu. Le problème est la quantité de données à gérer que cela représente. Selon le site internet d’Europol, l’EU IRU a évalué au total 42066 éléments de contenu depuis sa création, ce qui a déclenché 40714 décisions de renvoi sur plus de 80 plates-formes dans plus de 10 langues. Une fois que les agences européennes, telles que l’IRU, envoient des décisions de renvoi aux fournisseurs d’hébergement,[17] elles sont censées les supprimer. Ces renvois ne représentent qu’une petite partie du contenu supprimé. Certaines entreprises n’ont pas attendu la mise en œuvre des instruments européens et ont pris des mesures proactives. Par exemple, Twitter a suspendu plus de 1,2 million de comptes entre août 2015 et décembre 2017, et Facebook a agi sur 1,9 million de contenus au premier trimestre de 2018.[18] Cela montre que, concernant la gestion du terrorisme sur les médias sociaux, la coopération entre les États membres ne suffit pas. Le consentement, et plus encore l’aide des entreprises privées propriétaires des plateformes est nécessaire.[19] En effet, même s’ils sont juridiquement contraints par la loi de l’État dans lequel ils sont établis, ils décident si un contenu est approprié ou non, selon leurs conditions générales.

Il a fallu un certain temps pour que certaines de ces plateformes agissent sur des contenus terroristes, et elles font encore l’objet de critiques. D’une part, en termes de chiffres absolus, on ne peut nier leur efficacité, notamment par rapport aux instruments européens. Par exemple, en 2016, Twitter a supprimé 124 000 comptes d’utilisateurs liés à L’EIIL/DAESH ou partageant de la propagande.[20] Cependant, s’en tenir à ces données ne tiendrait pas compte de leurs moyens, souvent beaucoup plus étendus que ceux des agences de l’UE. D’autre part, l’extrémisme de droite a continué de jouir d’une liberté bien plus grande que les groupes djihadistes pour agir sur les principales plateformes de médias sociaux, qui restent des vecteurs importants pour leur expansion. Ils utilisent une grande variété de plateformes, y compris des sites Web, des forums de discussion en ligne et des pseudo-sites d’information, pour diffuser leur idéologie. Certains constituent des bases sûres en ligne pour les mouvements extrémistes de droite et sont même utilisés pour concevoir des campagnes. Ces campagnes sont ensuite lancées sur des plateformes grand public afin d’insérer des récits d’extrémistes dans la culture populaire.[21] En outre,  de nouveaux comptes djihadistes sont rapidement créés et publient en permanence des publicités vidéo et des images tentant de convaincre que le djihad est une cause digne d’intérêt.

Selon une étude du Parlement européen sur les contenus terroristes en ligne, les mesures volontaires adoptées par les fournisseurs de services d’hébergement ne suffisent pas à contrer leur flux continu. En outre, ils doivent faire face à un cadre juridique complexe au niveau des États membres, qui peut être différent d’un État à l’autre. Afin de surmonter les défis de sécurité pluridimensionnels que représentent ces contenus, la Commission a adopté en septembre 2018 une proposition de règlement[22] empêchant la diffusion de contenus terroristes en ligne, dont le Parlement a fait une première lecture en avril 2019. La proposition vise à renforcer ces actions de lutte contre le terrorisme avec des cadres juridiques applicables à toutes les parties prenantes de l’industrie. Elle contient des exigences plus strictes en matière de suppression, tant en termes de définition du contenu terroriste que de délai, mais aussi l’obligation pour les États de créer des recours judiciaires efficaces et des mécanismes de plainte pour les fournisseurs.[23] Outre l’efficacité de la proposition, le projet a soulevé de multiples préoccupations concernant les droits à la liberté d’expression et le débat éternel entre la protection des libertés individuelles et la sécurité (trans)nationale.

          Le but de la propagande est de radicaliser et de laver le cerveau du plus grand nombre de personnes possible, afin de les recruter comme combattants étrangers. Ces derniers sont envoyés dans des camps d’entraînement et certains sont invités à revenir dans leur pays, à radicaliser davantage de personnes ou à commettre des attaques terroristes. Certaines plateformes de médias sociaux fournissent des applications de messagerie cryptées, qui sont l’un des moyens les plus sûrs pour les groupes terroristes de communiquer. En effet, il est vraiment difficile pour les services répressifs de trouver et de décrypter de telles conversations. Ces applications sont utiles pour échanger des informations délicates entre les recruteurs et les combattants étrangers, telles que des brochures détaillant le voyage vers le territoire de L’EIIL/DAESH, la logistique, ou même des instructions pour les attaquants, sur la fourniture de munitions et d’explosifs, etc… Enfin, les médias sociaux permettent aux groupes extrémistes d’attirer l’attention du monde entier. Avant Internet, ils s’appuyaient principalement sur la télévision, mais ils ne pouvaient diriger le discours. Après leurs actions violentes, ils veulent que leurs intentions soient transmises à un large public, ce qui peut se faire via les médias sociaux, avec un contrôle total sur leur message.[24]

Conséquences de l’abus IRL[25]

Le terrorisme en ligne entraîne diverses conséquences pour la société, les États, les populations et bien sûr les individus radicalisés. Ces dernières années, certaines attaques ont été perpétrées avec un élément informatique, à savoir des attaques terroristes diffusées en direct, telles que l’attaque de Christchurch en Nouvelle-Zélande (2019) ou l’attaque de Halle en Allemagne (2019). Il s’agissait de ce qu’on appelle « Lone Actor Extremist Events », c’est-à-dire des attaques terroristes perpétrées par des individus agissant seuls. Ces événements sont de plus en plus préoccupants, notamment dans les pays occidentaux, car même s’ils restent rares, ils constituent un défi particulier pour les forces de l’ordre et les services de renseignement.

Les djihadistes et les extrémistes de droite incitent les individus à commettre des actes de manière autonome. Ils ont fondé leur rhétorique sur le concept de « résistance sans chef », selon lequel les actes violents perpétrés par des individus servent à déclencher la “guerre [de race ou de religion]” qu’ils pensent inévitable. Ces auteurs sont ensuite célébrés par leur communauté transnationale comme des saints ou des martyrs, ce qui peut inciter d’autres personnes à agir.[26] De fait, les opérateurs isolés, ou” loups solitaires », sont les extrémistes les plus dangereux, car les activités de groupe, impliquant de multiples suspects, sont plus faciles à contrecarrer que celles d’une personne seule et auto-radicalisée. Certaines études ont été menées à ce sujet pour mieux comprendre ce phénomène, comme le projet PRIME, [27]financé en partie par l’Union européenne. Il a été dirigé par le Dr Noemie Bouhana, et les informations suivantes sur les acteurs solitaires sont basées sur le travail dans le cadre de PRIME. Cela étant dit, il convient de noter que les acteurs isolés ne sont pas socialement isolés, car la plupart d’entre eux semblent avoir des contacts avec des individus clairement radicaux, extrémistes ou terroristes. Ils ont trouvé dans les communautés en ligne à la fois du matériel idéologique et des modèles violents comme sources d’encouragement ou de justification à l’utilisation de la violence. Ils s’inspirent d’un environnement radical plus large dont ils faisaient partie, mais ils sont seuls lorsqu’ils décident de mener des actions terroristes, et ils sont principalement seuls dans la préparation.[28] Leur imprévisibilité les rend difficiles à cibler et à identifier pour les autorités répressives et les agences européennes.

Comme indiqué précédemment, l’utilisation des médias sociaux et de diverses plateformes en ligne pour diffuser du contenu terroriste, glorifier et inciter à commettre des actes terroristes est définie comme une infraction terroriste par la Directive 2017/541, et donc dans les législations nationales. Une fois que les autorités nationales, soutenues par Europol et Eurojust, arrêtent des suspects, ils sont poursuivis puis, parfois, condamnés ou acquittés. Dans ce domaine spécifique, Eurojust est particulièrement utile, car il aide les services répressifs et judiciaires à entreprendre des enquêtes et à constituer des poursuites solides. En raison du caractère transfrontalier des infractions terroristes, il est très important d’identifier les liens possibles avec d’autres enquêtes, afin d’éviter les conflits de compétence ou les procédures parallèles, qui pourraient conduire à une procédure incomplète, donc à des acquittements. Des juridictions nationales se sont penchées sur des infractions spécifiques en ligne, et ces affaires sont signalées par Europol et Eurojust. Il convient de noter qu’en 2019, par exemple, des délinquants ont été condamnés à des peines allant d’un an à six ans et six mois de prison pour incitation publique à la provocation et à la glorification du terrorisme.[29]

L’Union européenne a pris diverses mesures pour lutter contre le terrorisme. Elle a notamment mis en place des instruments spécifiques pour contrecarrer le contenu de propagande terroriste en ligne et ses conséquences. Cependant, la stratégie européenne de lutte contre le terrorisme semble se limiter à son rôle de supervision de la coopération entre les États membres. L’implication d’Europol et d’Eurojust dans la lutte contre le terrorisme en ligne est utile et même nécessaire, mais pas suffisamment de compétences et de moyens leur ont été attribués pour être aussi efficaces que les autorités nationales et les entreprises privées propriétaires des plateformes ciblées.


[1] Europol,  European Union Terrorism Situation and Trend report (TE-SAT) 2020, pp. 9-32.

Disponible en ligne (english) : https://www.europol.europa.eu/activities-services/main-reports/european-union-terrorism-situation-and-trend-report-te-sat-2020

[2] Il convient de noter que ces attaques spécifiques n’ont été perpétrées qu’en Italie, en Espagne, en Grèce et au Royaume-Uni, alors que les groupes djihadistes sont répandus dans toute l’Europe.

[3] Idem note 1.

[4] Directive (UE) 2017/541 du Parlement européen et du Conseil du 15 mars 2017 relative à la lutte contre le terrorisme et remplaçant la décision-cadre 2002/475/JAI du Conseil et modifiant modifiant la décision 2005/671/JAI du Conseil, article 3. JOUE L88 du 31.03.2017.

[5] Haitham Abdelsamad, “Terrorism and counterterrorism in the EU”, DOC Research Institute, 22 Aug, 2018, pp. 1-15. Disponible en ligne : https://doc-research.org/2018/08/counterterrorism/

[6] Idem note 1.

[7] Selon le site de l’Agence des médias sociaux, dans ses articles “Facebook en chiffres édition 2020”, le 10 janvier 2020; “Twitter en chiffres édition 2020”, le 9 janvier 2020; et “Instagram en chiffres édition 2020”, le 8 janvier 2020. [Consulté le 5 octobre 2020, sur https://www.agencedesmediassociaux.com/ ]

[8] Erdal OZKAYA, “The Use of Social Media for Terrorism”, Defence Against Terrorism Review, Vol. 9, 2017, pp. 48-49.

[9] Commission européenne, Le programme européen en matière de sécurité , 28 avril, 2015, p.15. Disponible en ligne : https://ec.europa.eu/home-affairs/sites/homeaffairs/files/e-library/documents/basic-documents/docs/eu_agenda_on_security_en.pdf

[10] Idem

[11] Haitham Abdelsamad, “Terrorism and counterterrorism in the EU”, DOC Research Institute, 22 Aug, 2018, pp. 24-27.

[12] Idem

[13] Erdal OZKAYA, “The Use of Social Media for Terrorism”, Defence Against Terrorism Review, Vol. 9, 2017, pp. 49-53.

[14] Max Boot, “Why social media and terrorism make a perfect fit”, The Washington Post, March 16, 2019.

[15] J.M. Berger, “The Evolution of Terrorist Propaganda : The Paris Attack and Social Media”, Brookings, January 27, 2015.

[16] Erdal OZKAYA, “The Use of Social Media for Terrorism”, Defence Against Terrorism Review, Vol. 9, 2017, pp. 49-53.

[17] “Les fournisseurs d’hébergement sont des prestataires qui permettent le stockage des sites internet, et ont également pour fonction de « servir » les pages web au public. » Définition de « Hosting service provider (HSP) » sur Technopedia : https://www.techopedia.com/definition/137/hosting-services-provider-hsp

[18] European Parliament Research Service (François Théron), “Terrorist content online – Tackling online terrorist propaganda”, Briefing – EU Legislation in Progress, March 2020, p.2.

Disponible en ligne: https://www.europarl.europa.eu/RegData/etudes/BRIE/2020/649326/EPRS_BRI(2020) 649326_FR. pdf

[19] Europol, Internet Organised Crime Threat Assessment (IOCTA) 2019, p. 11. Disponible en ligne : https://www.europol.europa.eu/activities-services/main-reports/internet-organised-crime-threat-assessment

[20] Idem note 16.

[21] Europol, European Union Terrorism Situation and Trend report (TE-SAT) 2020, pp. 22-24.

[22] Commission européenne, COM (2018) 640 du 12.09.2018.

[23] European Parliament Research Service (François Théron), “Terrorist content online – Tackling online terrorist propaganda”, Briefing – EU Legislation in Progress, March 2020, pp. 1-5.

[24] Erdal OZKAYA, “The Use of Social Media for Terrorism”, Defence Against Terrorism Review, Vol. 9, 2017, pp. 49-53.

[25] Abréviation de « In Real Life » (dans la vraie vie). Souvent utilisé dans les salles de chat internet pour faire savoir aux autres que vous parlez de quelque chose dans le monde réel et non dans le monde internet.

[26] Europol, European Union Terrorism Situation and Trend report (TE-SAT) 2020, pp. 19-24.

[27] Pour en savoir plus sur le projet PRIME et ses résultats et rapports, un lien est disponible ici :  https://cordis.europa.eu/project/id/608354

[28] Schuurman, B.W., Bakker, E., Gill, P. and N. Bouhana, « Lone Actor Terrorist Attack Planning and Preparation: A Data-Driven Analysis. » Journal of Forensic Sciences, Vol. 63, Issue 4, July 2018, pp. 1191-1200.

[29]  Europol, European Union Terrorism Situation and Trend report (TE-SAT) 2020, p.29.

Laisser un commentaire

Fermer le menu