Sommet de La Valette : un sommet perdu d’avance ?
www.leaders.com.tn

Sommet de La Valette : un sommet perdu d’avance ?

Le 12 novembre, les chefs d’État et de gouvernement de l’Union Africaine et de l’Union européenne, ainsi que les représentants de ces institutions, se sont réunis à La Valette (Malte) pour débattre de l’enjeu de la question migratoire et des routes empruntées par les africains pour venir en Europe. Une question migratoire où européens et africains ont clairement affiché des positions antagonistes. Chronique d’un échec annoncé. (suite…)

Continuer la lecture

European Commission called for a better use of EU funds in order to support refugees’ crisis.

“By having a good migration and asylum policy, by working together and showing solidarity at EU level, and by using well the EU funds available to support member states, I am sure we will succeed in reaching an inclusive society also for the asylum seekers that are looking for our protection,” Commissioner for Employment and Social Affairs, Marianne Thyssen. (suite…)

Continuer la lecture

Accord UE-Turquie à propos de la crise des réfugiés syriens : quand le sort des réfugiés dépend de la géopolitique des États

United conflict analysts_Syrie

Le 5 octobre 2015, le président turc Recep Tayyip Erdoğan a rencontré le Président du Conseil européen, Donald Tusk, le Président de la Commission, Jean-Claude Juncker et le Président du Parlement européen, Martin Schultz. « La Turquie fait partie de la solution » à la crise des réfugié, affirmait au même moment un responsable bruxellois. La Turquie ne serait-elle pas plutôt la seule solution dont dispose actuellement l’Union, pour que chacun des gouvernements des 28 États membres n’ait pas à faire des concessions courageuses contre les franges populistes xénophobes de son électorat ? Les négociations qui ont eu lieu ont, en effet, pour but de contenir les réfugiés en Turquie. En échange, l’Union a accepté de remettre sur la table plusieurs promesses anciennes : un accord d’exemption de visa de court séjour pour les citoyens turcs, l’inscription de la Turquie sur la liste des « pays d’origine présumés comme sûrs », et plus largement, l’adhésion de cet État à l’Union européenne. S’y sont ajoutés, à la demande la Turquie, la création d’une zone de sécurité et d’exclusion aérienne à la frontière turco-syrienne, et la condamnation ferme par l’Occident des activités militaires russes en Syrie. Des éléments de négociation disparates qui laissent une désagréable impression de transactions de marchands de tapis. Sans compter qu’il s’agit d’une énième réponse partielle et de court terme à une situation politique et militaire désastreuse au Moyen-Orient, que l’Europe se refuse à affronter. L’Union est-elle à ce point en position de faiblesse à l’intérieur de ses propres frontières qu’elle est prête à toutes les concessions avec un « partenaire stratégique » dont on connaît les « imperfections » de longue date ? L’Union européenne vendrait-elle son âme au Diable ? (suite…)

Continuer la lecture
Fermer le menu