La question de l’élargissement de l’UE à l’Albanie et la Macédoine du Nord

La question de l’élargissement de l’UE à l’Albanie et la Macédoine du Nord

L’élargissement européen aux pays des Balkans occidentaux connaît des hauts et des bas depuis plusieurs années. Cette question est revenue sur le devant de la scène ces derniers mois. En effet, lors de la campagne électorale pour les élections européennes, certains candidats ont exprimé leur opposition sur cet élargissement. Actuellement, quatre pays des Balkans occidentaux sont engagés dans ce processus. Il s’agit de l’Albanie, du Monténégro, de la Macédoine du Nord ainsi que la Serbie. Il faut ajouter à cette liste, un autre pays candidat, la Turquie. 

L’élargissement européen aux pays des Balkans occidentaux connaît des hauts et des bas depuis plusieurs années. Cette question est revenue sur le devant de la scène ces derniers mois. En effet, lors de la campagne électorale pour les élections européennes, certains candidats ont exprimé leur opposition à cet élargissement. Actuellement, quatre pays des Balkans occidentaux sont engagés dans ce processus. Il s’agit de l’Albanie, du Monténégro, de la Macédoine du Nord ainsi que la Serbie. Il faut ajouter à cette liste un autre pays candidat, la Turquie qui ne fait pas partie de cette région.

L’objectif de cet article est de comprendre pourquoi l’Albanie et la Macédoine du Nord, toutes deux engagées dans ce processus peinent actuellement à ouvrir les négociations avec l’Union européenne.        

Ainsi, à quels obstacles se confrontent l’Albanie et de la Macédoine du Nord pour entrer dans l’Union européenne ?

La première partie est un rappel historique des étapes franchies par la Macédoine du Nord et l’Albanie lors de ce processus d’adhésion. La seconde partie est une explication brève de la politique d’élargissement européenne et de ses fondements. Enfin, la dernière partie porte sur l’état actuel de l’adhésion européenne pour l’Albanie et la Macédoine du Nord.

I. Perspective historique de la candidature européenne de l’Albanie et la Macédoine du Nord

L’Union européenne (UE) depuis le Conseil européen de Vienne de décembre 1998[1], utilise le terme de Balkans occidentaux pour qualifier la région du sud de l’Europe comprenant l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine, la Croatie, la Serbie, le Monténégro, la Macédoine du nord et le Kosovo. Ces pays sont confrontés à des difficultés communes qui les empêchent de progresser rapidement dans ce processus.

Un élargissement moins fédérateur qu’auparavant

La question de l’élargissement est un sujet qui enthousiasme moins les nouveaux pays candidats à l’adhésion européenne. En effet, ces derniers ressentent une certaine fatigue face au processus d’élargissement européen. Ces pays ont été déçus face à la lenteur des négociations et du manque d’engouement de la part des institutions européennes.
Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, a tenté de relancer la question de l’intégration des Balkans occidentaux dans l’UE. En effet, lors de son discours sur l’État de l’Union prononcé en 2017, il déclarait : « si nous voulons plus de stabilité dans notre voisinage, nous devons aussi offrir des perspectives d’élargissement crédibles aux Balkans occidentaux[2] ». Juncker reste prudent face à ce futur élargissement et a expliqué au début de son mandat qu’aucun pays ne rentrera lors de sa présidence. Toutefois, pour ne pas fermer leurs perspectives d’adhésion, il a expliqué que les pays les plus avancés, c’est-à-dire la Serbie et le Monténégro, pouvaient intégrer l’Union européenne d’ici 2025 s’ils continuaient leurs progrès.

Quelle perspective européenne pour l’Albanie ?

L’Albanie a déposé sa candidature pour entrer dans l’UE le 28 avril 2009. Elle a obtenu le statut de pays candidat à l’Union européenne lors du Conseil européen réuni à Bruxelles les 26-27 juillet 2014[3]. Cela fait donc cinq ans qu’elle a entamé son long processus vers l’adhésion européenne. Néanmoins, sa particularité contrairement à la Serbie et le Monténégro, est qu’elle n’a pas encore eu le feu vert des États membres pour ouvrir les négociations avec les institutions européennes. Par ailleurs, l’UE essaye de faire avancer les relations avec l’Albanie. Ensemble, elles ont signé un accord pour libéraliser les visas en 2010[4]. C’est un premier pas vers une plus grande liberté de circulation des Albanais dans l’espace Schengen.

Quelle perspective européenne pour la Macédoine du Nord ?

La coopération entre la Macédoine du Nord et l’UE débute en 1997, lorsque des accords de coopération[5] ont été signés. La Macédoine du Nord, auparavant appelée Ancienne République Yougoslave de Macédoine (ARYM), participe en 2003 au sommet de Thessalonique, où une perspective européenne est évoquée pour la première fois pour les Balkans occidentaux[6]. En 2004, la Macédoine du Nord dépose sa candidature pour entrer dans l’UE, qui est ensuite reconnue officiellement lors du Conseil européen réuni à Bruxelles les 15 et 16 décembre 2005[7]. En 2009, elle signe un accord avec l’UE pour que les Macédoniens du Nord puissent voyager sans visas dans l’espace Schengen[8].

Les stratégies européennes envers ces deux pays et la région des Balkans occidentaux

L’Union européenne a lancé plusieurs initiatives pour aider les pays des Balkans occidentaux à progresser dans leur adhésion. Ces dernières concernent l’État de droit, la sécurité et la migration,  le développement socio-économique, la réconciliation et les relations de bon voisinage, la stratégie numérique, enfin la connectivité dans les secteurs du transport et de l’énergie[9].

De plus, l’Union européenne a mis en place avec ces pays un processus de stabilisation et d’association, vu comme le  « cadre de la politique de l’Union européenne à l’égard des pays des Balkans occidentaux[10] ». Ce processus repose sur une aide financière et économique, ainsi que sur une aide politique avec un « accord de stabilisation et d’association ». La Macédoine du Nord a signé cet accord avec l’Union européenne en 2004. L’Albanie, l’a quant à elle signé en 2006[11]. Les institutions européennes encouragent l’entrée de ces pays dans l’Union européenne. Un sommet européen a été organisé à Sofia le 17 mai 2018, entre les pays candidats des Balkans occidentaux et les États membres. Il avait pour objectif de « réaffirmer la perspective européenne des Balkans occidentaux et d’identifier des pistes de coopération concrète entre l’Union européenne et la région[12] ». Lors de ce sommet, ont été définies les questions à résoudre en priorité : celles de la sécurité, de l’État de droit et des migrations.

Une ouverture des négociations qui reste à définir ?

La Commission européenne recommande depuis 2016 l’ouverture des négociations avec l’Albanie. L’Albanie continue selon elle de progresser dans des domaines importants pour l’agenda européen[13]. Le Conseil européen recommande aussi l’ouverture des négociations avec l’Albanie rapidement. De même, depuis avril 2018, la Commission européenne demande clairement que les négociations avec la Macédoine du Nord soient ouvertes[14]. Néanmoins, le Conseil de l’Union européenne a décidé de repousser l’ouverture des négociations avec la Macédoine du Nord et l’Albanie prévue ce mois-ci à octobre prochain.

II. Fondements et explications de la politique d’élargissement européenne

Définition de la politique d’élargissement européenne

Frank Schimmelfenning et Ulrich Sedelmeir définissent la politique d’élargissement comme le « processus d’institutionnalisation horizontale formelle et graduelle des règles et normes organisationnelles[15] ». L’élargissement repose sur un processus juridique et normatif qui se déroule en plusieurs étapes que nous expliquerons par la suite. La politique d’élargissement de l’UE a pour base juridique, le titre V du traité sur l’Union européenne qui porte sur l’action extérieure de l’Union, l’article 207 du TFUE sur les accords commerciaux internationaux, l’article 2 du TUE ainsi que l’article 49 du TUE qui expliquent les conditions à respecter par le pays candidat[16].

Cette politique a pour objectif, selon le Parlement européen, de rassembler les pays européens autour d’un projet politique et économique commun. Elle représente aussi « un investissement stratégique en matière de paix, de démocratie, de prospérité, de sécurité et de stabilité en Europe[17]».

Les étapes de l’adhésion à l’Union européenne

L’adhésion européenne requiert du temps et une préparation autant en amont qu’en aval de la part des pays candidats. Tout d’abord, pour être reconnu candidat officiel à l’UE, le pays doit déposer sa demande auprès du Conseil pour ensuite être transmise à la  Commission européenne qui donne un avis consultatif. Les gouvernements des États membres décident d’accorder ou non le statut de candidat au pays en question. Si les conditions sont respectées, les négociations peuvent débuter avec l’accord des États membres. Le pays candidat doit savoir comment mettre en oeuvre les législations et standards européens pendant les négociations. Tous les pays doivent se mettre d’accord pour savoir si le pays candidat remplis les conditions requises. Une fois que les négociations sont finies dans tous les domaines, la Commission européenne donne son avis sur le niveau de préparation du pays en question. En prenant en compte l’avis de la Commission européenne, les États membres décident à l’unanimité s’ils souhaitent fermer ou non les négociations avec le pays candidat et signer un traité d’accession avec ce dernier. Le Parlement européen doit aussi donner son consentement. Pour finir, une fois que le traité d’accession a été ratifié par tous les Etats membres, le pays candidat devient membre de l’Union européenne[18].

Les conditions à respecter: valeurs et critères de Copenhague

Les pays candidats doivent respecter certains critères pour avancer dans leur processus d’adhésion. Ces critères ont été établit en 1993, lors du Conseil européen de Copenhague. Ils portent sur des « institutions stables et démocratiques », le « respect des droits de l’Homme, de la primauté du droit », ou encore, d’une économie de marché viable[19] ». Ainsi, depuis ce conseil, l’Union européenne s’est engagée à « guider et surveiller le processus de préparation de l’adhésion des candidats[20] ». Toutefois, ces critères ont évolué en 1997, lors du traité d’Amsterdam où il a été ajouté l’obligation pour les pays de respecter les valeurs de l’Union européenne définies à l’article 2 du Traité de l’Union européenne. Ces valeurs concernent « le respect de la dignité humaine, de la liberté, de la démocratie, de l’égalité, de l’État de droit et des droits de l’homme, y compris les droits des personnes aux minorités[21] ».

Les principaux acteurs de la politique d’élargissement

Les institutions européennes sont essentielles dans la politique d’élargissement, puisque « l’élargissement ne peut avoir lieu sans l’approbation des autres institutions supranationales[22]». 

La Commission européenne joue un rôle majeur dans cette politique. Elle insiste sur le respect des critères de Copenhague par les pays candidats[23]. Par ailleurs, elle est essentielle pour faire avancer les négociations avec le pays candidat et pour contrôler que ce dernier respecte bien la législation européenne. Sous la Commission Juncker, l’élargissement n’est pas une priorité puisque la première date évoquée est 2025[24]. Cependant, les choses peuvent changer avec l’élection prochaine, fin juin,  du nouveau Président de la Commission européenne, dès lors une nouvelle perspective pour l’élargissement peut se mettre en place.

Les États membres sont aussi impliqués dans ce processus. Ils doivent faire ratifier par leurs Parlements nationaux le traité d’adhésion du nouveau pays membre. Ils participent aussi à l’évaluation des progrès réalisés par les pays candidats à l’élargissement et peuvent émettre des critiques à ce sujet. Les États membres peuvent intervenir avant, mais aussi après l’ouverture du chapitre. Ils peuvent mettre une plus grande pression sur les pays candidats, notamment lorsque ces derniers ne respectent pas les critères considérés comme primordiaux. Ils peuvent aussi juger l’avancée des négociations entre les pays candidats et les institutions européennes. C’est-à-dire,  si les progrès réalisés leur semblent convenables ou pas. Les États membres ont la possibilité de bloquer le processus d’adhésion des États membres. La France, par exemple, en 2007, a posé son véto sur la progression des négociations de la Turquie avec l’Union européenne[25].

Le Conseil européen, présidé par Donald Tusk, est en faveur de l’adhésion de l’Albanie et la Macédoine du Nord dans l’UE. Dans son discours adressé au président nord Macédonien, Stevo Pendarovski, Donal Tusk a déclaré : « You have done everything that was expected of you. But I want to be honest with you: not all member states are prepared to make the decision on opening negotiations in the coming days[26] ». Le président du Conseil européen est lucide, il reconnaît et met en garde sur le poids de blocage des États membres : « I know that, sometimes, reaching consensus among 28 member states takes more time than I would like[27] ».

Le Parlement européen, quant à lui, n’a pas de réel pouvoir dans cette politique européenne, mais est tout de même invité à donner son avis sur ce processus.

Source: Carte des Balkans en 2013

III. Des difficultés qui restent à surmonter malgré des efforts réalisés

La Macédoine du Nord et l’Albanie peinent à avancer rapidement dans leur adhésion européenne.

Quelles sont les raisons de ces difficultés ?

Les anciens pays candidats ont tous rencontré des difficultés lors de leur élargissement. Rentrer dans l’UE demande du temps. Par exemple, le processus d’adhésion de la Croatie a duré 8 ans. Les nouveaux pays candidats comme la Serbie et le Monténégro éprouvent aussi des difficultés à ouvrir des chapitres de l’acquis communautaire[28].

Tout d’abord, il y a une certaine prudence des États membres et des institutions européennes sur la question de l’élargissement. Les pays membres ont des visions fragmentées sur l’élargissement envers les Balkans occidentaux. La France est plutôt réticente à cet élargissement, le calendrier n’est pas propice. Nathalie Loiseau, tête de liste LREM durant les élections européennes, s’est opposée à l’ouverture des négociations et à l’adhésion de ces pays[29]. En Allemagne, cette question fait débat. Angela Merkel est en faveur de l’élargissement européen à la région des Balkans occidentaux, puisqu’en en 2014 elle a initié le processus de Berlin, pour établir un dialogue avec ces pays. En revanche, le Bundestag allemand a repoussé sa décision sur cette question en octobre 2019. Les partis politiques allemands sont divisés sur la question. Tandis que la CDU/CSU se disent contre l’ouverture des négociations, le SPD s’exprime plutôt en faveur de cet élargissement. Les Pays-Bas et le Danemark ont aussi émis des réticences sur cet élargissement. D’autres pays le soutiennent. Par exemple, au début du mois de juin, 13 pays membres d’Europe centrale et orientale ont rédigé un document pour demander l’ouverture rapide des négociations avec l’Albanie et la Macédoine du Nord[30]. Ils souhaitent mettre la pression sur les institutions européennes pour poursuivre ce processus.

Les avancées réalisées par l’Albanie

L’UE avait recommandé à l’Albanie de faire des progrès dans trois domaines : économique, politique et financier. Cependant, les plus grandes avancées ont été réalisées dans le domaine judiciaire avec le soutient de l’UE. En effet, depuis 2005, elle bénéficie d’une aide pour mettre en place sa réforme judiciaire prénommée EURALIUS. Cette réforme a pour objectif d’aider les institutions judiciaires albanaises à mettre en oeuvre les normes de l’UE. Elle l’a aidée dans la séparation des pouvoirs, la mise en place d’un système efficace de lutte contre la corruption avec des juges et procureurs spécialisés sur la question[31]. Les réformes réalisées dans le domaine judiciaire pour la Commission européenne sont bonnes et constantes. L’Albanie a réalisé des progrès dans la lutte contre la corruption et le crime organisé[32]. Pour les droits fondamentaux, l’Albanie est en accord avec les standards internationaux. Elle a réalisé des efforts sur le plan de la coopération régionale et du bon voisinage, notamment avec la Grèce[33]. L’Albanie souffre aussi d’une image négative auprès des États membres.

Les efforts à réaliser par l’Albanie

Les efforts réalisés ne sont toutefois, pas suffisants. En effet, l’Albanie doit progresser dans cinq domaines : judiciaire, administration publique, corruption, crime organisé et droits humains[34]. De plus, la présence encore forte de la corruption et de la mafia constitue un frein, puisque l’UE insiste sur le respect de l’État de droit. Elle doit continuer sa lutte contre la corruption afin d’être mieux préparée à l’ouverture du chapitre 23 de l’acquis communautaire. L’Albanie doit aussi mettre fin aux autres trafics qui persistent dans le pays et qui peuvent être généralisables à une grande partie des pays candidats. L’Union européenne demande aussi plus de transparence et d’efficacité de la part de l’administration albanaise. Elle doit continuer la dépolitisation de son personnel administratif[35]. Par ailleurs, des problèmes restent à résoudre dans la sphère politique concernant les partis d’opposition. En effet, récemment, il y a eu la démission de 58 des 62 députés d’opposition du parti démocrate et du mouvement social pour l’intégration[36]. À ce sujet, la Commission européenne demande à ce que ces partis soient mieux intégrés dans la vie politique et qu’un véritable dialogue soit établi[37]. Un autre point sur lequel l’Albanie doit progresser, selon l’Union européenne concerne la sensibilisation de l’opinion publique sur la question de l’élargissement européen, afin de créer un plus grand consensus[38].

La Macédoine du Nord et la fin de sa querelle avec la Grèce

La principale avancée réalisée par la Macédoine du Nord concerne l’amélioration de ses relations avec la Grèce et la résolution d’un conflit qui remonte aux années 1990[39]. La Grèce bloquait la progression de la Macédoine du Nord dans ses négociations européennes et avec l’OTAN pour s’opposer au nom de « Macédoine ». Le conflit s’est résolu récemment. En effet, la Macédoine du Nord a signé les accords de Prespa avec la Grèce, le 12 juin 2018, mettant fin à un conflit dont les racines remontent à plusieurs décennies[40]. Ce traité a été réalisé sous le contrôle des Nations Unis et avait pour objectif de résoudre le conflit sur le nom « Macédoine ». Ces avancées ont été réalisés suite à l’élection de Zoran Zaev, président du gouvernement macédonien depuis mai 2017[41]. Le nom « Macédoine du Nord » a été adopté par le parlement macédonien, le 11 janvier 2019 pour être ensuite voté par le parlement Grec le 25 janvier 2019. La majorité de Macédoniens du Nord soutiennent cette adhésion à l’OTAN et à l’UE.

Challenges à remplir pour la Macédoine du Nord

Tout comme l’Albanie, la Macédoine du Nord doit progresser dans les domaines qualifiés de fondamentaux, c’est-à-dire les questions d’État de droit, de lutte contre la corruption, de lutte contre les trafics, etc. La Macédoine du Nord doit aussi résoudre certains problèmes domestiques pour rentrer dans l’UE[42]. Elle doit faire poursuivre ses efforts pour organiser des élections libres et démocratiques. Elle doit mettre en place des institutions indépendantes avec un budget suffisant et une administration efficace. De même, la lutte contre le clientélisme des politiques macédoniens est a poursuivre.

Pour conclure, l’Albanie et la Macédoine du Nord doivent encore prouver aux États membres  réticents qu’elles sont légitimes à adhérer à l’UE. Il faut maintenant attendre octobre prochain pour savoir si les négociations s’ouvriront ou pas.

Lucie Cazat.


[1] Conseil européen de Vienne. « Conclusions de la Présidence », Conseil européen de Vienne des  11 et 12 décembre 1998. Disponible sur: http://www.europarl.europa.eu/summits/wie1_fr.htm

[2] Commission européenne. « Questions-réponses: Une perspective d’élargissement crédible ainsi qu’un engagement de l’Union européenne renforcé pour les Balkans occidentaux »,[en ligne], Bruxelles, le 6 février 2018. Disponible sur: https://ec.europa.eu/commission/sites/beta-political/files/communication-credible-enlargement-perspective-western-balkans_fr.pdf.

[3] Parlement européen. « Les Balkans occidentaux », octobre 2018. Disponible sur:  http://www.europarl.europa.eu/factsheets/fr/sheet/168/the-western-balkans

[4] Parlement européen. « Albania: 2018 country report », European Parliamentary research service, novembre 2018.

[5] Accord de coopération entre la Communauté européenne et l’Ancienne République Yougoslave de Macédoine, Luxembourg, 29 avril 1997.

[6] Toute l’Europe. République de Macédoine du Nord, [en ligne], 13 février 2019, (consulté le 14/11/2018). Disponible sur: https://www.touteleurope.eu/pays-candidats/republique-de-macedoine-du-nord-1.html.

[7] Parlement européen. « Les Balkans occidentaux », octobre 2018. Disponible sur:  http://www.europarl.europa.eu/factsheets/fr/sheet/168/the-western-balkans

[8] Conseil européen. « The Republic of North Macedonia » Disponible sur: https://www.consilium.europa.eu/en/policies/enlargement/republic-north-macedonia/

[9] Commission européenne. « Questions-réponses: Une perspective d’élargissement crédible ainsi qu’un engagement de l’Union européenne renforcé pour les Balkans occidentaux », Bruxelles, le 6 février 2018. Disponible sur: https://ec.europa.eu/commission/sites/beta-political/files/communication-credible-enlargement-perspective-western-balkans_fr.pdf.

[10] Représentation permanente de la France auprès de l’Union européenne. « Le processus de stabilisation et d’association et les autres mesures de l’UE en faveur des pays des Balkans occidentaux », [en ligne], mars 2019. Disponible sur:  https://ue.delegfrance.org/le-processus-de-stabilisation-et-d

[11] Ibid.

[12] Ibid.

[13] Commission européenne. « Albania 2019 Report », Bruxelles, le 29 mai 2019. Disponible sur: https://ec.europa.eu/neighbourhood-enlargement/sites/near/files/20190529-albania-report.pdf.

[14] Commission européenne. « North Macedonia 2019 Report », Bruxelles, le 29 mai 2019. Disponible sur: https://ec.europa.eu/neighbourhood-enlargement/sites/near/files/20190529-north-macedonia-report.pdf

[15] SCHIMMELFENNIG, Frank, SEDELMEIR, Ulrich. « The politics of EU enlargement: theoretical and comparative perspectives », in: SCHIMMELFENNIG, Frank, SEDELMEIR, Ulrich (dir.), The Politics of European Union Enlargement: Theoretical Approaches, Routledge, juin 2005, p3.

[16] Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (version consolidée). « Article 2 », [en ligne], Journal officiel, n° C 326, 26 octobre 2012, (consulté le 17/03/2019). Disponible sur: https://eur-lex.europa.eu/resource.html?uri=cellar:2bf140bf-a3f8-4ab2-b506- fd71826e6da6.0002.02/DOC_1&format=PDF.

[17] Parlement européen. « Résolution du Parlement européen du 29 novembre 2018 sur le rapport 2018 de la Commission concernant l’Albanie », Bruxelles, 29 novembre 2018. Disponible sur: http://www.europarl.europa.eu/doceo/document/TA-8-2018-0481_FR.html?redirect.

[18] Commission européenne. « The Eu accession process of the Western Balkans », mai 2019.

[19] VISIER, Claire. « De la carte routière à l’itinéraire obligé. La transformation de la politique européenne d’élargissement dans les années 2000 », op.cit, 2016, p151.

[20] HILLION, Christophe. « Masters or servants ? Member states in the EU enlargement process », in: BALFOUR, Rosa, STRATULAT, Corina (dir.), « EU members and enlargement towards the Balkans », EPC issue paper, n°79, juillet 2015, p21.

[21] Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (version consolidée). « Article 2 », [en ligne], Journal officiel, n° C 326, 26 octobre 2012, (consulté le 17/03/2019). Disponible sur: https://eur-lex.europa.eu/ resource.html?uri=cellar:2bf140bf-a3f8-4ab2-b506-fd71826e6da6.0002.02/DOC_1&format=PDF

[22] HILLION Christophe, op.cit, p 22.

[23] Commission européenne. « Questions-réponses: Une perspective d’élargissement crédible ainsi qu’un engagement de l’Union européenne renforcé pour les Balkans occidentaux »,[en ligne], Bruxelles, le 6 février 2018. Disponible sur: https://ec.europa.eu/commission/sites/beta-political/files/communication-credible-enlargement-perspective-western-balkans_fr.pdf.

[24] JUNCKER Jean-Claude. « Discours sur l’Etat de l’Union en 2017 ». Commission européenne, [en ligne], Bruxelles, 13 septembre 2017, (consulté le 10/02/2019) Disponible sur: https://ec.europa.eu/commission/news/president-juncker-delivers-state-union- address-2017-2017-sep-13_fr

[25] VISIER, Claire. « De la carte routière à l’itinéraire obligé. La transformation de la politique européenne d’élargissement dans les années 2000 », op.cit, p158.

[26] Conseil européen. « Remarks by President Donald Tusk after his meeting with President of North Macedonia Stevo Pendarovski », [en ligne], 12 juin 2019. Disponible sur: https://www.consilium.europa.eu/fr/press/press-releases/2019/06/12/remarks-by-president-donald-tusk-after-his-meeting-with-president-of-north-macedonia-stevo-pendarovski/

[27] Ibid.

[28] Stroobants Jean-Pierre, Belgrade, « La Commission européenne relance la question de l’élargissement aux Balkans », Le Monde, [en ligne], 05 juin 2019. Disponible sur: https://www.lemonde.fr/international/article/2019/06/05/la-commission-europeenne-relance-la-question-de-l-elargissement-aux-balkans_5471746_3210.html

[29] « L’accord de la Grèce sur le nouveau nom de la Macédoine : une bonne nouvelle dans les Balkans », Le Monde, 28 janvier 2019. Disponible sur: https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/01/28/l-accord-de-la-grece-sur-le-nouveau-nom-de-la-macedoine-une-bonne-nouvelle-dans-les-balkans_5415656_3232.html.

[30] « L’actu en capitales: 13 États membres font un plaidoyer pour l’élargissement », Euractiv, 11 juin 2019. Disponible sur: https://www.euractiv.fr/section/politique/news/lactu-en-capitales-13-etats-membre-font-un-plaidoyer-pour-lelargissement/

[31] SEAE. « Albanie: l’UE soutient un système judiciaire efficace, transparent et équitable », [en ligne], 18 avril 2018. Disponible sur: https://eeas.europa.eu/headquarters/headquarters-homepage/43268/albanie-l’ue-soutient-un-système-judiciaire-efficace-transparent-et-équitable_fr .

[32] Commission européenne. « Albania 2019 Report », Bruxelles, le 29 mai 2019. Disponible sur: https://ec.europa.eu/neighbourhood-enlargement/sites/near/files/20190529-albania-report.pdf.

[33] Ibid.

[34] Parlement européen. « The Western Balkans and the EU: Enlargement and challenges », [en ligne], 26 septembre 2016. Disponible sur: http://www.europarl.europa.eu/thinktank/en/document.html?reference=EPRS_BRI%282016%29589791

[35] « Key findings of the 2019 European Commission Report on Albania », European Western Balkans, [en ligne], 29 mai 2019. Disponible sur: https://europeanwesternbalkans.com/2019/05/29/key-findings-2019-european-commission-report-albania/

[36] «  Albanie: la crise politique nuit aux rêves d’Europe », AFP, [en ligne], 28 mai 2019. Disponible sur: https://www.lexpress.fr/actualites/1/monde/albanie-la-crise-politique-nuit-aux-reves-d-europe_2080752.html  

[37] « Key findings of the 2019 European Commission Report on Albania », op.cit.

[38] Parlement européen. « Résolution du Parlement européen du 29 novembre 2018 sur le rapport 2018 de la Commission concernant l’Albanie », op.cit.

[39] Ilona Métais, « La Macédoine du Nord fait un pas de plus vers l’UE », Le Figaro, 6 mai 2019. Disponible sur: http://www.lefigaro.fr/international/la-macedoine-du-nord-fait-un-pas-de-plus-vers-l-ue-20190506

[40] Parlement européen. « Albania: 2018 country report », European Parliamentary research service, novembre 2018.

[41] Parlement européen. « The western Balkans and the EU: enlargement and challenges: Briefing », op.cit.

[42] Commission européenne. « Albania 2019 Report », op.cit.

Laisser un commentaire

Fermer le menu