Les élections européennes: une chance pour affirmer nos convictions européennes et (re)définir le projet européen via un contrat social européen (CSE)

Les élections européennes: une chance pour affirmer nos convictions européennes et (re)définir le projet européen via un contrat social européen (CSE)

Le projet européen vacille fortement depuis maintenant quelques décennies car les attentes et les réponses apportées par les institutions ne sont pas toujours adaptées à la réalité des citoyens; et même quand celles-ci sont bonnes, le défaut de communication et de publicité, couplé avec les diatribes des parties extrémistes, font que l’Union européenne ne gagne que peu de crédit dans l’opinion publique par rapport à son travail.

L’Union européenne est d’une certaine façon au même point que la France, car elle se doit de définir un contrat social européen et la France se doit de redéfinir son contrat social afin de l’adapter à la réalité dans la perspective de définir les grands projets sociétaux pour le siècle à venir, voire plus.

Seule institution de l’Union européenne élue directement par les citoyens, le Parlement européen est composé de 751 députés. Il est donc le meilleur moyen d’avoir une meilleure représentativité des intérêts du peuple européen; il exerce trois pouvoirs fondamentaux : législatif, budgétaire et contrôle politique.

Comme le disait Otto von Bismarck: “Celui qui ne sait pas d’où il vient, ne peut savoir où il va”. L’Europe, voire le monde entier, vit une crise identitaire, subit les soubresauts d’une économie latente et une crise écologique majeure. Face à ces enjeux, une affirmation de « nos valeurs communes”, une redéfinition de celles qui doivent évoluer, et un constat précis et rationnel doivent-être les premières étapes cruciales afin de déterminer une voie, un espoir, pour le bateau ‘Europe’. Les élections européennes sont une chance pour faire en sorte que ce bateau ‘Europe’  nous conduise tous ensemble vers un avenir meilleur, sous réserve que cette Europe sache prendre en considération tout cela et sache opérer des choix rationnels par rapport aux attentes du moment, et aux priorités futures (ex: forte implication sur la thématique environnementale); attentes qui sont grandes et cardinales à ce point de notre histoire. Il faut être très vigilant dans ce processus d’identification afin de ne pas donner une trop grande valeur à des idées nationalistes pouvant conduire à des formes d’extrémisme et de repli sur soi.

Comme le disait Winston Churchill : “la démocratie est un mauvais système mais est le moins mauvais de tous les systèmes, à condition d’être étroitement associée à des institutions républicaines et de ne pas ignorer tout principe d’autorité; car la majorité, en elle-même, constitue un fait et non un droit ! ” Nous ne pouvons nous délester de notre responsabilité ‘divine’ en tant que citoyen en critiquant les politiques et la gestion faite par ceux-ci. Le citoyen doit s’armer de force et de constance, et dire chaque jour de sa vie ce que disait un vertueux Palatin dans la Diète de Pologne : «Malo periculosum libertatem quam quietum servitium» (« Je préfère les dangers de la liberté au repos de la servitude » ). Si l’agora est certes un espace de discussion, elle est aussi un espace de prise d’initiative et d’action. L’action par le vote, par l’engagement citoyen, est une nécessité, indépendamment de nos convictions idéologiques.

Il faut retrouver le ‘bon sens’ dans le monde politique et dans la place publique. La tautologie que représente “la démocratie représentative” est parlante car elle exprime un changement latent de système avec un défaut de (re)connaissance de celui-ci. La démocratie du mot grec ‘démokratia’ est le pouvoir du peuple (‘démos’ (le peuple) et ‘kratos’ (Le pouvoir)).

Solon, Clisthène, puis Périclès, ont mis en place les institutions de la démocratie (à Athènes au 7-6ème siècle avant J.C.),  autrement dit le pouvoir du peuple conçu comme une entité politique et juridique structurée. Les deux idées de « partage de l’égalité citoyenne » et de « souveraineté du corps public »  sont donc consubstantielles de la démocratie,  et originelles.

L’on constate un essoufflement des élites en terme de solutions proposées, de définition d’un projet de société cohérent et accepté par son peuple afin de répondre aux nouveaux enjeux de ce monde; en ce sens, l’inclusion du peuple dans la prise de décision est un moyen de revitaliser le mode de décision, les solutions et le projet de société d’un peuple, sous réserve que ce principe ne soit pas instrumentalisé par les extrémistes ou les idées radicales ou encore par la manipulation politique de la peur.

La colère ou ressentiment envers L’UE ou ses élites est un bon signe en soi, car cela révèle que la population européenne a beaucoup d’attentes pour l’Union européenne ; et du fait de la non-satisfactions de ces attentes, le peuple se rebelle. Cela est un bon signe, car cela dénote qu’il y a des attentes positives et grandes du peuple; mais cela veut aussi dire que ces élections européennes et les prochains mandats des élus seront décisifs afin d’assurer la durabilité du projet européen. Comme le disait Emmanuel Macron dans sa tribune du Lundi 04 mars 2019, cela est certainement l’une des dernières chances, voire même la dernière chance, pour faire renaître, “revivre” le projet européen dans le coeur de tous les citoyens.

L’urgence de la protection de notre planète, l’urgence des questions de sécurité dans un monde qui se prépare à la troisième guerre mondiale, et l’urgence de la redéfinition de nos projets sociétaux nationaux et européens, sont des causes qui montre l’importance des enjeux des élections européennes de mai 2019, car celles-ci définiront pour les cinq prochaines années les politiques publiques via la procédure du “candidat unique” qui permettra au parti politique gagnant de proposer son candidat à la présidence de la Commission européenne (article 17 du TUE qui stipule que le Parlement européen élit, à la majorité des membres le composant, le président de la Commission européenne, sur proposition du Conseil européen élaborée « en tenant compte des élections au Parlement européen » et « après avoir procédé aux consultations appropriées) , et via les lois et règlementations adoptées par le Parlement européen afin de protéger nos libertés, l’environnement et la stabilité de nos sociétés.

La politique n’est pas une question réservée à une élite ou à quiconque en particulier. La politique est formée  à partir de deux racines grecs :

-“ polis « , qui signifie  » cité  » (au sens politique du terme) ;

-“-ikos », suffixe d’adjectif qui donne « -ique » en français .

Ce mot est donc à l’origine un adjectif et, d’après son étymologie,  il signifie  » qui concerne le citoyen « . La politique c’est l’expression d’un désir individuel de travailler pour “un bien commun” avec une idéologie propre à cette personne. Tout un chacun se doit de s’impliquer, d’agir et de venir voter aux élections européennes qui auront lieu entre le 23 et 26 mai 2019. 

Les élections européennes sont une chance, peut-être la dernière, de redéfinir un projet européen et ainsi  de déterminer une politique européenne acceptée et légitimée par le peuple européen.

                                                                                          Andy ALEXIS

Pour plus d’information:

-Le contrat social de Jean Jacques ROUSSEAU (Livre I, II et III) ;

-La critique de la raison pure d’Emmanuel KANT (Idée d’une histoire universelle du point de vue cosmopolitique)

https://www.taurillon.org/quand-aucun-parti-europeen-ne-repond-aux-attentes-des-citoyens-la-voie-est ;

http://www.europarl.europa.eu/at-your-service/fr/be-heard/elections ;

https://www.touteleurope.eu/actualite/elections-europeennes-2019-tout-comprendre.html

https://europa.eu/european-union/topics/environment_fr

https://eyes-on-europe.eu/eus-social-dimension/

Andy Alexis

Je m’appelle Andy, je suis français. J’ai obtenu mes 2 premiers, Master en Droit public spécialisation sur les collectivités territoriales, et Master Droit européen et international. J’ai été en Suède pour faire un Master en Relations internationales puis je suis retourner en France pour faire mon dernier Master en Sciences politiques avec une spécialisation sur les politiques européennes. J’ai commencé mes engagements européens dès 2013 avec un accent sur les élections européennes de 2014 et celles à venir de 2019. Au sein d’EU-LOGOS Athéna, je m’occupe du portefeuille élections européennes

Laisser un commentaire

Fermer le menu